Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Qu'est-ce que c'est vivre en quadruple sangha?

Rédigé par Maison de l'Inspir

Une question posée à Thay pendant la Retraite francophone d'Avril 2012 au Village des Pruniers, concernant la quadruple sangha

Retranscription :

Question de Serge :

Il ya un peu plus d’un an vous nous avez offert votre vision sur un centre de pratique dans le Sud Est de la France : La Montagne du Dharma. Ce lieu n’a pas encore pris de manifestation physique, néanmoins la graine à germée à l’intérieur de moi et a fleuri, et je peux témoigner que Montagne du Dharma est vivant en moi, qu’il m’a permis d’ouvrir ma compréhension des autres avec, en support, des mots et des gathas que vous nous aviez offert lors d’une retraite d’hiver passée :’’soyons là les uns pour les autres, écoutons nous les uns les autres’’. Nous avons, l’automne dernier, passée une retraite avec une vingtaine de laïcs et cinq monastiques moines moniales, pendant cette retraite nous avons nourri notre fraternité, j’ai pu donner un sens à des mots comme frères et sœurs dans le Dharma.

Néanmoins voila ma question et j’aurais besoin de votre éclairage sur : ‘’qu’est ce que c’est vivre en quadruple sangha sans souffrir des complexes de supériorité, d’infériorité ou d’égalité ?’’ Merci.

Réponse de Thay :

Il nous faut un centre en ville pour que les gens qui habitent la ville puissent venir pratiquer. A Paris nous avons la Maison de l’Inspir et dans les autres grandes villes comme Toulouse, Lyon …nous devons aussi établir des centres de pratique, c’est votre devoir et votre aspiration. Et nous devons aussi avoir des centres de pratique en campagne, comme le Village des Pruniers : hameau du Haut, hameau du bas … nous en avons en France.

Et j’aime beaucoup un centre en montagne.

Mais cela doit être une vraie montagne, assez haute. Il faut chercher, il ne faut prendre une décision trop hâtive, c’est parce que la Montagne du Dharma est déjà là dans notre cœur, un jour elle va se manifester. Il ne faut pas se hâter, il faut se préparer comme il faut. Le Centre doit être beau. Il doit offrir les conditions de vie pour des dizaines de monastique et pour accueillir les pratiquants laïcs aussi. Donc elle est là, pour moi elle est déjà là, elle attend le moment de se manifester mais elle est bien là dans notre cœur. Et Thay aime ça, la Montagne du Dharma, de Dharma.

Il ya des montagnes très belles en France, il faut choisir. Il faut s’installer dans un beau site, on va contempler les nuages aux sommets des montagnes. L’essentiel est que nous en ayons l’intention.

En ce qui concerne la sangha quadruple nous pouvons regarder les doigts: voici ma main elle a cinq doigts ! En voici deux en voici trois ! Donc chaque doigts à un nom : le majeur, l’index, l’annulaire, l’auriculaire, le pouce. Et la taille de chaque doigt est différente, mais comme il y a de la sagesse de non-discrimination dans la main il n’y a pas de discrimination du tout et chaque doigt agit sans complexes, c’est pourquoi il y a de la paix et de la coopération. Et si vous êtes moine, moniale ou laïc homme ou femme vous pouvez agir comme cela. S’il n’y a pas de discrimination dans chaque membre de la communauté alors il y aura de la paix.

Et le pouce doit être le pouce, l’index doit être l’index. Vous voyez : un moine véritable doit être un moine véritable il doit pratiquer ses préceptes comme il faut, une nonne doit être une vraie nonne, elle doit pratiquer comme il faut. Et les membres de l’Inter-Etre ont quatorze préceptes à suivre alors ils doivent vivre comme cela pour pouvoir être reconnu comme membres de l’Inter-Etre. Et les amis qui ont reçu les cinq entrainements à la Pleine conscience sont peut-être des Boddhisattvas. Comme cela nous ne sommes pas pris par l’apparence, par les noms, nous sommes libres des noms et des expériences.

Lors de la retraite de Nottingham en Angleterre j’ai dit ceci : chers amis, le Bouddha est fait uniquement d’éléments non-Bouddha. Comme la fleur est faite avec des éléments non-fleur le Bouddha est fait avec les éléments non-Bouddha y compris la souffrance. Sans la souffrance il n’y a pas de Bouddha. Et le Bouddhisme est aussi fait par des éléments non-Bouddhisme. Alors nous n’avons pas de complexes de supériorité, d’infériorité et nous sommes libres. Nous sommes libres du Bouddha, nous sommes libres du Bouddhisme, c’est pourquoi nous avons beaucoup d’espoir dans le cœur. Si nous pouvons enlever les mots, l’appellation et la forme alors il y aura de la paix et de la collaboration entre les différents éléments d’une Sangha véritable. Une sangha véritable est porteuse du Bouddha et du Dharma : il ya la Pleine Conscience, il ya la pratique des Préceptes et c’est le refuge de beaucoup de gens.

Vidéo : Retraite francophone - Avril 2012- Village des Pruniers

Partager cette page

Repost 0