Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Témoignage personnel sur la retraite d'hiver chez soi

26 Novembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

C'est avec le soutien de la Maison de l'Inspir que la première retraite d'hiver chez soi a été lancée en 2009. Nous pensions alors être une cinquantaine intéressée par cette idée. Nous fûmes rapidement plus d'une centaine et actuellement grâce à la MDI qui transmet les messages où chacun peut puiser seul ou en Sangha les pépites qui enrichiront son chemin.

Depuis le début, je participe à l'équipe formée d'enseignants du Dharma monastiques et laïques qui ont à coeur d'offrir des thèmes de réflexion, des propositions de pratiques.

Proposer un thème, trouver le bon rythme, la bonne méthode a toujours été une expérience collective

Chacune, chacun avec sa sensibilité, son style, sa poésie en offrant sa compréhension du Dharma nous enrichit tous, vous et nous. C'est une expérience qui nous rapproche, nous permet de nous découvrir, et d'approfondir la pratique. Alors merci à toutes celles et ceux qui accueillent nos messages, car ces messages nous nourrissent autant que vous.

Partager cette expérience avec vous est un vrai bonheur. Voilà que je suis obligée de me réinterroger, d'aller chercher des informations des précisions avec ce lancinant questionnement « qu'est-ce que cela a à voir avec ma vie quotidienne ?» Thây nous dirait « avec la façon de boire mon thé ».

Chaque retraite a cette petite note qui lui donne sa couleur, sa saveur particulière. Récemment j'ai eu l'opportunité d'entendre le premier enseignement que Thây a donné lors de la retraite de juin 2014.

Il nous invita à entrer dans la retraite en ouvrant une des trois Portes de la libération ; celle du non-signe, de la non-apparence.

Et si la retraite de cette année pouvait avoir cette saveur de la non -apparence...

 Ce qui fait la beauté d'une rose est d'être totalement rose dans ce qu'elle n'est pas...

Pratiquer en essayant de dépasser les évidences...

«En -es-tu sûr ? », nous rappelle régulièrement Thây,

Être dans le questionnement, sans préjugés, sans juger et sans réagir.

Se poser la question « comment comprendre cela ?» et savoir que c'est une porte qui s'ouvre sur l'infini du questionnement.

 Ne pas oublier que le radeau n'est pas la rive et que le Bouddha nous enseigne « Ce radeau m'a aidé à franchir le torrent en sécurité. À présent il vaut mieux le laisser sur l'eau ou sur la berge afin qu'une autre personne puisse s'en servir » (Soutra de la maîtrise du serpent).

Dans le « Gatha pour l'invitation de la grande cloche », j'ai puisé un passage qui me semble exprimer un des innombrables aspects de cette deuxième porte de la libération

31« Avalokita, vous avez un coeur

Qui sait comment écouter pour comprendre.

Nous voulons être vraiment là

Pour apprendre à écouter sincèrement

Avec toute notre attention

Et sans préjugés

 

32 Nous voulons apprendre à écouter

Sans juger ni réagir

Nous nous entraînerons à écouter

Dans le seul but de comprendre

 

33 Nous sommes déterminés

à écouter si attentivement que nous pourrons comprendre

Ce que l'autre personne dit

Ainsi que ce qui n'a pas été dit

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Agnès Dejardin 29/11/2016 13:04

Merci pour ce témoignage et belle retraite à tous

Bernadette 29/11/2016 11:45

Notre sangha a vécu hier soir son entrée dans la retraite d'hiver.
Le premier message nous invite à être vraiment là. Un extrait d'un enseignement de Sr Dao Nghiem fut une invitation à transformer nos énergies d'habitude . La facilitatrice propose de bouleverser le cours habituel de nos séances en commençant par le partage du thé mais..., celle qui chaque semaine, toujours présente, prépare notre thé chez elle dans un thermo n'était pas là ... donc pas de thé ! les énergies d'habitudes n'avaient visiblement pas trop de place chez nous hier soir. Mais quelle belle méditation du partage nous avons eu, portée par la lumière des bougies que nous allumions pour porter nos désirs de cheminer hors de nos chemins d'habitudes

Jocelyne 28/11/2016 12:05

Je vous remercie pour ce commentaire et merci pour cette retraite d'hiver.

Géraldine 28/11/2016 11:33

Merci pour ce beau et bon témoignage. Je retiens entre autre, l'écoute profonde sans juger ni avoir d'a priori. C'est le maître mot pour moi de cette retraite débutante mais qui ouvre des portes, celles de la compréhension.

marie-ange 27/11/2016 22:54

Merci beaucoup. Votre témoignage me rappelle qu'il est beaucoup plus important d'écouter que de parler. Écouter sans juger, sans que l'autre ne sentent d'a-priori dans votre être : C'est très difficile. Je vais m'y entrainer durant cette retraite d'hiver.