Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Troisième témoignage pour la retraite d'hiver 2016-2017

23 Décembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Ecouter sa colère pour la transformer

Ce jour-là, une colère m'emporta si soudainement et si violemment que j'ai agressé verbalement la personne qui venait de me faire un reproche justifié.... malgré de nombreuses années de pratique des entraînements à la pleine conscience, de l'écoute compatissante et de la parole aimante et malgré mes compétences en communication non-violente : un comble !

Heureusement, je l'ai réalisé et j'ai pu rejoindre mon île intérieure pour m'excuser sincèrement sur le champ. Ouf, merci la pratique.

Le lendemain matin, durant ma méditation assise, j'ai eu le cœur à être là pleinement pour cette part de moi impulsive qui s'était manifestée après avoir réussi, ce qui n'est pas toujours le cas, loin de là, à m'établir sereinement le corps détendu, le cœur en paix et l'esprit libre... peut-être que c'est mon aspiration à comprendre et à aimer vraiment qui en avait produit l'énergie ?

J'ai donc évoqué la situation de la veille à l'origine de mon agressivité pour la revivre ‘sensoriellement’, consciemment, concentré sur ma respiration et mes perceptions corporelles avec la curiosité de découvrir d'où venait cette sur-réaction impulsive disproportionnée.

Pas de réponse pendant une minute, trois minutes, cinq minutes et je restais attentif, en paix, accueillant quand j'ai soudain ressenti une violente douleur à la mâchoire et des bourdonnements dans l'oreille, sur le côté droit du visage ????

Troisième témoignage pour la retraite d'hiver 2016-2017

Je suis resté concentré sur ma respiration et sur ce qui se manifestait ici et maintenant dans mon corps, sans penser, sans analyser, sans interpréter, sans mots, sans gestes pendant une à deux minutes. La douleur à la mâchoire et les bourdonnements dans l'oreille se sont progressivement estompés et une sensation de chaleur et de détente s'est diffusée sur mon visage et dans ma poitrine pendant que ma respiration devenait plus profonde.

Mon mental questionnant le rapport entre cette douleur soudaine et ma quête de compréhension du sens de ma réaction agressive de la veille, j'ai eu l'intuition claire que mon enfant intérieur venait de me montrer ce qu'il subissait quand tout petit il faisait des "bêtises" : il recevait une "bonne" gifle !

Je n'ai pas eu sur le champ l'élan de lui manifester ma tendresse par une caresse de la main sur la joue douloureuse comme me l'a suggéré plus tard une grande sœur à qui je m'en étais ouvert. Je l'ai fait depuis....

Et puis j'ai persévéré avec la pratique des quatre mantras de l'amour que notre cher Thây nous a offert : "Mon enfant intérieur giflé, je sais que tu es là et je suis heureux", "Je sais que tu souffres" "sais-tu que j'ai besoin de toi ?"

Je lui ai dit qu'il n'était plus seul et que lorsqu'il nous arrivera encore de faire des bêtises, je serai là pour respirer avec lui et le protéger. Il m'a dit qu'il était soulagé de sa peur, que ce dont il avait besoin c'était de respect - ne pas être battu, blessé - et de liberté - de s'amuser, de découvrir, d'expérimenter. Il m'a permis de retrouver de la "fraîcheur" - de la spontanéité - et petit à petit son énergie qui était devenue défensive se transforme en enthousiasme, en joie.

La vie est belle, il n'est pas seul et il y a bien d'autres "formations mentales" personnelles et collectives en guérison et en transformation !

Et comme dit Thây :

"Il n'y a pas de chemin vers le bonheur, le bonheur est le chemin"

Bonne route

Troisième témoignage pour la retraite d'hiver 2016-2017

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marieji 25/12/2016 20:40

Très bon article! Il y a quelques années, j'ai commencé une "autre" spiritualité dans un centre Bouddhiste ou je suis allée chaque semaine chaque semaine durant 3 ans. Puis, j'ai fait ma crise, je me suis arrêtée car certaines pratiques ne me convenaient plus. j'ai eu une période de colère! je suis restée assez longtemps à attendre un déclic;Lorsque j'ai découvert la pleine conscience, j'ai senti que j'étais sur la bonne route; je me sens de mieux en mieux, épanouie, c'est un outil merveilleux!!!
belle fin d'année à toutes et tous.

Rominger 25/12/2016 12:01

Bonjour,
L'outil de la Pleine Conscience est un cadeau inestimable. En ce jour de Noël où je viens de lire tout cet enseignement, je le réalise profondément. Réagir dans la colère est dévatateur pour soi, je lai vécu et vérifié comme d'autres.Il faurtrouver tant dénergie pour tout remettre daplomb en soi, qu' il est plus intéressant dêtre dans le pardon directement et de se poser la question qui a réagi.
Beaucoup de lumière à tous.
Martine

Felipe 23/12/2016 17:02

Merci

Géraldine 23/12/2016 14:39

Comme je me retrouve dans ce témoignage malgré ma pratique, ma prise de conscience, l'impulsivité est là. Quel "travail" qui engendre une pratique quotidienne mais ô combien salvatrice. Retrouver son enfant intérieur dans ce qu'il nous livre spontanément, le corps ne ment pas, l'écoute est un pas vers la guérison.
Merci à vous, bonne pratique et très joyeuses fêtes afin de franchir 2017 le pas plus léger.

Cathrine 23/12/2016 13:59

Une expérience qui fait réfléchir. Je suis moi même sujette à ce genre d'explosions de colère, voire de rage. Je gère ça en acceptant et en regardant : " et bien ma vieille , tu nous fait une belle colère, vas-y sors tout". Ayant pris conscience de cette colère elle cesse d'être "ma" colère et se dissipe, un peu comme si je voyais un gros nuage d'orage qui se dissout.Concrétement, quand je sens que je vais " péter les plombs", je m'isole, je vais me gérer toute seule dans un coin tranquille.