Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Cinquième témoignage pour la retraite d'hiver 2016-2017

25 Janvier 2017 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Quelques jours avant de partir à la retraite de Noël à la Maison de l'Inspir, j'ai été très tendue avec ma fille à la suite d'une discussion ensemble avec le papa concernant son suivi médical lié à sa maladie.

J'ai été déçue face au choix de ma fille de ne plus suivre le traitement de médecine naturelle par le fait qu'il était contraignant et ne donnait pas des résultats rapides comme elle l’espérait. Elle a opté alors pour suivre le traitement allopathique, qui est lourd de conséquences. Et ce, appuyé par le papa, qui ne croit guère à cette approche naturelle. Mais le plus difficile c'était la manière blessante dans la réaction de ma fille qui m'a "renvoyé sur ma figure" qu'elle n'a rien à "faire" de mes convictions, mes choix bouddhistes, ma pratique etc... Et qu'elle a suivi ce traitement naturel, sans rigueur, plutôt pour me faire plaisir et pas me décevoir.

Mon cœur s'est bien brisé, envahie par des sentiments divers, entre tristesse, confusion, colère...

Cette rencontre m'a fortement perturbée. Je me suis projetée vers le passé, non loin somme toute, et qui me liait encore avec le papa. Et elle a ravivé des rancunes importantes. Mes vieilles habitudes ont été abondamment nourries. Ainsi que mes réactions habituelles. Des échanges durs, remplis de reproches, sont venus naturellement, de part et d'autre.

Je me disais: mais enfin, où est ta pratique?

Cinquième témoignage pour la retraite d'hiver 2016-2017

En tout cas, j'étais bien consciente de ce qui se passait, mais pas assez forte pour empêcher les sentiments de se manifester et de les traiter au moment même, sauf à un petit moment, où j'ai demandé de me donner quelques instants pour me calmer, et puis, j'ai "craqué" par le fait de me sentir si seule à prendre en charge les quantités de choses liées aux enfants. Je pense que le papa a été surpris. Et moi aussi, car je n'ai pas retenu mes émotions, laissant tomber mes masques de l'orgueil et lui demandant en quelque sorte de m'aider dans cette tâche ardue de parent. J'ai été très bouleversée les jours qui ont suivi. Et partir à l'Inspir tout juste après cela a été le grand cadeau de Noël. Je suis arrivée avec le cœur lourd, et suis repartie légère, légère…

D'abord, j'ai partagé ma colère à une amie, puis je me suis laissé petit à petit nourrir par les bonnes habitudes qui reviennent très vite aussitôt que je suis sur le chemin pour aller là-bas. Puis, sur place, je me laisse imprégner de l'énergie puissante qui règne dans la maison. Cela m'aide à m'installer vite avec ce qui m'entoure, et surtout, cultiver davantage une immense foi dans la pratique, dans la force et l’énergie de la Sangha. Je n'ai pas eu besoin de partager mes détresses, elles se sont transformées très vite, car je savais ce qu'il fallait faire. Simplement être là, revenir à ma respiration et à mes pas, me connecter aux sourires des Sœurs malgré leur immense fatigue, (et oui, sourire à ce qui est là), être avec les amis de pratique, voir le Dharma vivant quand les monastiques et certains pratiquants se déplacent, ferment la porte avec douceur et sans bruit, écouter dans la nuit le silence de leurs pas dans les escaliers… Des véritables cloches de pleine conscience, qui m'invitent à faire de même.

Ma pratique de la diligence juste s'est installée alors automatiquement. J'ai laissé mon fardeau quelque part (mes idées et discours automatiques qui tournaient en boucle), pour faire de la place aux belles choses de chaque instant.

Puis, une fois calme, et pendant la marche méditative au bord de la Marne, j'ai pris mon courage pour voir ce qui m'avait vraiment blessée dans la situation avec ma fille.

Cinquième témoignage pour la retraite d'hiver 2016-2017

Et alors, j'ai regardé de face où il y avait perception fausse, et une action pas juste.

J'ai vu une pratique incorrecte, celle d'imposer ma vue à ma fille, prendre des décisions à sa place, lui dire ce qui est bien pour elle car bien pour moi, sans la considérer comme étant libre de suivre son propre chemin.

J'ai vu aussi, qu'en adhérant à l'option de son papa, c'est la jalousie et un sentiment de trahison qui m'ont envahie. Alors qu'en fait, le papa voulait simplement qu'elle puisse avoir le droit de faire son propre choix.

Et oui, j'ai vu aussi qu'il y avait encore des remords vis à vis du papa, et pour cela, je dois prendre soin de mes blessures en moi, transformer ces vieilles graines. Encore et encore.

Donc voilà, ma fille me montre mes failles, m'invite à corriger ma pratique, à ne pas rester dans l'illusion, et que me nourrir des belles choses est en soi un début de  transformation. Mais elle m'invite aussi à aller plus loin, à être vraie, honnête et juste avec moi-même et avec elle, et à utiliser la pratique juste au moment où il le faut.

Pour cela, j'ai une immense gratitude pour elle. Même si c'est difficile et parfois décourageant. Et j'ai  une immense gratitude à la Sangha qui offre son soutien,  par la  présence de cœur et leurs pratiques.

Revenir chez moi, revenir chez moi. C'est ce que j'apprends à faire petit à petit.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

andree.comte 26/01/2017 17:31

Magnifique témoignage. Merci -

Virginie 26/01/2017 11:53

merci pour ce témoignage. Je vous adresse tout mon soutien sur votre chemin de pratique et ma compassion toute entière car être proche, si proche de personnes malades n'est pas une chemin facile. La maladie m a conduit à découvrir mon chemin, et sur ce chemin, la liberté de choix m'amène à une guérison profonde. Le libre choix des personnes malades est très important. Votre fatigue nerveuse, vos peurs profondes vous ont guidées vers cette profonde réflexion sur vous même. C'est merveilleux. Nous apprenons chaque jour et je pense que la connaissance est encore plus grande quand elle apparait apres un moment de grande souffrance. Vivez chaque instant en paix. Je vous remercie pour cette offrande.

Claire 26/01/2017 05:47

Merci! _(<3)_

noeme 25/01/2017 22:56

Tres touchant partage .Je me reconnais je suis aussi cette maman d une jeune femme de 33 ans depuis hier et qui me renvoie a la figure mes faiblesses mon trop d exigence envers elle. Elle a choisit son compagnon et ils semblent tres heureux et amoureux . Il a beaucoup de qualites .Mais je suis mefiante et n accepte pas au fond de moi le choix de ma fille . Nous sommes separes avec son pere depuis bien longtemps et moi aussi en vous lisant je m apercois que j ai toujours ete jalouse . Il sont tres proches l un de l autre il est athe et bien ma fille aussi . Parfois cela me rdnd triste de ne pouvoir echanger sur ma facon de vivre ma pratique .

Je vous remercie de ce beau temoignage qui va apaiser certains souvenirs de rapports humains bases sur des valeurs toxiques jalousie reproche pouvoir etc

Alors que la beaute dsoutenature et des choses simples de la vie sont la pour me soutenir et guider mes pas vers l apaisement et la tolerance .
Merci