Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Pour vous inspirer : Témoignage sur la pratique du renouveau

Renouveau: quelques modestes pistes de pratique

 

J'ai toujours considéré que c'est une des pratiques les plus puissantes proposées par le VDP (village des pruniers) même si je trouve sa mise en oeuvre loin d'être évidente et si j'ai souvent essayé de trouver de bonnes et surtout mauvaises raisons pour éviter d' y participer, (mais j'y ai malgré tout toujours été présente)

 

C'est une pratique qui demande réflexion et préparation.

 

Elle se décompose en quatre étapes

 

1)       l'arrosage des fleurs

 

Ce n'est pas seulement savoir mettre des qualités sur une personne, en étant attentif au fait que dire une qualité est déjà un jugement, mais c'est savoir être attentif aux faits et gestes de la personne et lui restituer ce qui nous a touché, ce à quoi nous avons été sensible. Par exemple dire« j'ai apprécié ta générosité envers tel ou tel dans telle circonstance », ce n'est pas la même chose que dire « je trouve que tu es généreux », d'autres exemples « j'ai apprécié le repas que tu as su nous préparé », «  je te remercie pour ton courage et ton énergie à faire progresser tel projet », etc...

Être capable de restituer les faits « merveilleux, rafraîchissants, et porteurs de guérison » (7ième entraînement), ne s'improvise pas. C'est le résultat d'un esprit ouvert et attentif au quotidien. C'est être capable d'abandonner son égocentrisme pour être en « attention » à l'autre. Et bienfait collatéral, cette qualité d'observation devient une pratique qui nous apporte joie et guérison, ce n'est pas une forme d'auto persuasion, l'esprit se transforme par l'abandon d'une forme d'illusion négative de la vision des événements, illusion liée à nos désirs.

 

2)       l'expression des regrets

 

Il s'agit ici d'exprimer les regrets à propos de ce que l'on pas pu ou pas su faire « je regrette de n'avoir pas pris le temps (n'avoir pas eu le temps) de t'écouter l'autre soir dans telle circonstance ».

Il y a un mot ou un mode d'expression qui n'a pas sa place ici, c'est « tu », « tu m'as blessée... », certes il peut y avoir blessure ou souffrance, mais une juste compréhension des événements nous permet d'y porter un autre regard et de trouver d'autres mots pour le dire.

 

3)       l'expression d'une demande

 

Le renouveau n'est pas un outil à travers lequel nous revenons à une forme de culpabilité que nous connaissons souvent trop bien. C'est l'abandon de cette culpabilité qui va nous rendre capable d'exprimer une demande et donc d'être conscient de ses besoins profonds « j'ai besoin de plus de temps de silence », « d'un plus, moins, grand respect des formes dans la pratique », « j'ai besoin de me sentir respecté »...

Arriver à formuler ses besoins suppose que l'on prenne le temps de s'arrêter, méditer pour qu'ils arrivent à notre conscience et pour que nous puissions en comprendre le sens, par exemple « j'ai besoin de me sentir respecté », pourquoi? où se trouve la réponse? elle est souvent en nous alors où se cache-t-elle? Quelle part de notre enfance est une fois encore bousculée?. Quelle part de nous même acceptons-nous vraiment de voir?

Il est normal de vouloir dénoncer ce qui nous semble injuste, inadapté ou inapproprié,mais « notre connaissance actuelle n'est pas la vérité absolue » (2ième entraînement) et cela nous demande d'être capable de développer une véritable compréhension. Le regard, l'avis des amis de la Sangha ou d'amis extérieurs à la Sangha peut être éclairant.

 

4)       l'expression d'une souffrance

Alors là nous avons été profondément touchés, ébranlés, les ruminations nocturnes et/ou diurnes font leur apparition. Cela prend souvent l'expression d'un conflit interpersonnel beaucoup plus délicat à désamorcer, les enjeux ne sont pas toujours visibles ou conscients.

Si c'est possible

-avoir la sagesse de se dire que c'est  un problème qui ne concerne pas la Sangha il n'est donc pas approprié d'en parler en groupe, il y a à ce niveau une responsabilité collective de la Sangha pour comprendre la nature de ce qui se passe et demander aux protagonistes de mettre en place un processus de médiation

-Avoir la sagesse de se dire que la solution est à mettre en place à travers un entretien entre les deux protagonistes et un médiateur qui sera un pratiquant expérimenté, non impliqué dans le conflit et dans lequel nous avons confiance.

 

Voilà ce que j'ai compris des différentes étapes du renouveau.

Pour moi un renouveau ne s'improvise pas, chacun doit avoir à coeur de prendre le temps de noter mentalement ou par écrit les éléments des différentes phases. Je parle d'écrire parce que ma mémoire à tendance à oublier les événements surtout pour la première étape (que c'est étrange!). Le renouveau demande à être annoncé et préparé.

Cela demande aussi d'avoir au sein du groupe une ou plusieurs personnes expérimentées et si possible un facilitateur qui arrive à se desimpliquer des situations.

Partager cette page

Repost 0