Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Articles récents

Troisième Message Retraite d'Hiver 2015-2016

4 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Troisième Message Retraite d’Hiver 2015/2016

 

Qu'en cette période d'échange de cadeaux, nous sachions recevoir tout autant qu'offrir !

La fin d'année est une période de rencontres et de bonnes résolutions. Nous pouvons en profiter pour renforcer nos liens dans nos familles et aussi renouer les liens distendus après un moment d'éloignement ou de difficultés relationnelles avec nos proches ou nos amis.

Parmi les pratiques proposées par le Village lors du passage à la nouvelle année, nous aimerions vous inviter à partager celles de la méditation de l'amour bienveillant ou metta-méditation et celle du Nouveau départ.

 

1) Pratique de la méditation de l'amour bienveillant ou Metta-méditation

Cette méditation peut être faite dans beaucoup de circonstances ; nous pouvons la proposer en sangha ou la pratiquer seul, seule :

- intégralement, mais cela risque d'être un peu long

- en plusieurs étapes en s'inspirant de la façon dont Thây la présente dans l'ouvrage Enseignements sur l'amour ; c'est ainsi qu'elle est présentée ci-dessous, paragraphe : Metta-Méditation

- en se focalisant sur un point particulier, par exemple :

«Puissé-je savoir comment nourrir les graines de joie en moi chaque jour ».

Nous pouvons être dans cette intention de méditation à tout moment de notre vie quotidienne :

- choisir une proposition et observer comment nous pouvons l'appliquer très concrètement ; par exemple, chaque fois que nous saluons une personne, nous pouvons nous dire mentalement : « sois heureux, heureuse, et en paix », ceci quels que soient les sentiments que nous éprouvons à son égard…

tout en gardant la conscience de notre corps et de notre respiration.

- Prenons-nous le temps d'être bien ancré, bien présent?

- C'est l'occasion d'être créatif, comment faire avec chacun des neufs aspects de cette méditation proposée par Thây ? Nous pouvons partager nos idées avec la Sangha qui nous aidera à développer notre compréhension.

 

2) Pratique de Nouveau départ

C'est un très vaste et délicat sujet, aussi dans ce message, nous nous limiterons à proposer des pratiques qui vont préparer notre esprit et commencer à mettre en place un processus de transformation de nos schémas de pensées afin de pouvoir pratiquer le Nouveau départ dans de bonnes conditions.

La transformation de nos processus mentaux demande patience et bienveillance envers nous-mêmes. C'est comme tracer un nouveau chemin en forêt ; au début si nous ne venons pas régulièrement, les broussailles vont se réinstaller et lorsque le chemin aura belle allure, il faudra encore revenir régulièrement pour le maintenir en état. Nos circuits neuronaux fonctionnent de cette façon.

Nous vous proposons de lire et de pratiquer les Touchers de la Terre, avant ou après une méditation silencieuse, du livre Conversations intimes avec le Bouddha, concernant plus particulièrement le Nouveau Départ ; c’est encore mieux si nous écoutons le CD associé à ce livre :

- 6 Apprendre la parole juste et le silence page 90

- 9 Exprimer la gratitude page 97

- 10 Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ page 101

(Pour ceux qui n’ont pas ce livre, voir ci-dessous ce toucher de la terre)

Conversations Intimes avec le Bouddha (extrait)

Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ

Cher Bouddha, le passé a laissé des blessures dans mon corps et dans mon esprit. Alors que je m’établis dans le moment présent, corps et esprit unifiés, je peux toujours rester en contact avec mon passé. Les erreurs que j’ai commises et la souffrance que j’ai causée dans le passé sont encore gravées en moi. Je peux les reconnaître, leur sourire. A partir de maintenant, je fais le vœu d’être plus habile pour ne pas penser, parler ou me comporter comme par le passé, afin d’éviter de commettre de nouvelles erreurs.

Noble Maître, tu as enseigné que tout vient de l’esprit. Les erreurs sont créées par l’esprit, mais elles sont aussi transformées par lui. Dès que je peux reconnaître en moi les marques laissées par la souffrance ou les erreurs du passé, et à chaque fois que je fais le vœu de ne pas répéter cette souffrance et ces erreurs-là, les blessures en moi commencent à guérir.

Toutes les erreurs viennent de l’esprit.

Une fois l’esprit purifié,

Où trouver une trace d’erreur ?

Après un nouveau départ,

Mon cœur est léger comme les nuages blancs

Qui depuis toujours flottent en liberté.

Silence pendant quelques respirations

De tout mon cœur, je touche la Terre devant le Vénérable Ahimsa qui s’est complètement transformé après son nouveau départ et est devenu le Maître de la Non-Violence.

Un son de cloche et on touche la terre pendant 3 respirations au moins

De tout mon cœur, je touche la Terre devant le Bodhisattva de la Détermination du Nouveau Départ.

Un son de cloche et on touche la terre pendant 3 respirations au moins

 

Metta méditation (Amour bienveillant)

L'amour de soi (Enseignements sur l'amour ch3)

 

Que je sois heureux et en paix léger de corps et d'esprit

Qu'il/elle soit heureux et en paix léger de corps et d'esprit

Qu'ils soient heureux et en paix léger de corps et d'esprit

 

Que je sois en sécurité et à l'abri des accidents

Qu'il/elle soit en sécurité et à l'abri des accidents

Qu'ils soient en sécurité et à l'abri des accidents

 

Que je sois libéré de la colère, des afflictions, de la peur et de l'anxiété

Qu'il/elle soit libéré de la colère, des afflictions, de la peur et de l'anxiété

Qu'ils soient libérés de la colère, des afflictions, de la peur et de l'anxiété

Amour et compréhension (Enseignements sur l'amour ch4)

Puissé-je apprendre à me regarder avec les yeux de la compréhension et de l'amour

Puisse-t-il/elle apprendre à se regarder avec les yeux de la compréhension et de l'amour

Puissent-ils apprendre à se regarder avec les yeux de la compréhension et de l'amour

 

Puissé-je reconnaître et toucher les graines de joie et de bonheur en moi-même

Puisse-t-il/elle reconnaître et toucher les graines de joie et de bonheur en lui/elle-même

Puissent-ils reconnaître et toucher les graines de joie et de bonheur en eux-mêmes

 

Puissé-je identifier et voir les sources de colère, d'attachement et d'illusion en moi-même

Puisse-il/elle identifier et voir les sources de colère, d'attachement et d'illusion en lui/elle-même

Puissent-ils identifier et voir les sources de colère, d'attachement et d'illusion en eux-mêmes

Nourrir le bonheur (Enseignements sur l'amour ch5)

Puissé-je savoir comment nourrir les graines de joie en moi chaque jour

Puisse-il/elle savoir comment nourrir les graines de joie en lui/elle chaque jour

Puissent-ils savoir comment nourrir les graines de joie en eux chaque jour

 

Puissé-je vivre avec fraîcheur, solidité et liberté

Puisse-il/elle vivre avec fraîcheur, solidité et liberté

Puissent-ils vivre avec fraîcheur, solidité et liberté

 

Puissé-je me libérer de l'attachement et de l'aversion, sans tomber dans l'indifférence

Puisse-il/elle se libérer de l'attachement et de l'aversion, sans tomber dans l'indifférence

Puissent-ils se libérer de l'attachement et de l'aversion, sans tomber dans l'indifférence

 

Témoignage

"Depuis plusieurs années la mémoire de mon épouse lui joue des tours. Cela va en s'aggravant. Elle en a bien conscience, d'autant que sa mère a souffert d'un ramollissement du cerveau, comme cela s'appelait à l'époque, et que ses deux sœurs aînées ont eu elles aussi le même problème.
J'ai beaucoup de compassion pour elle. Ce qui la dérange en premier lieu, c'est le calendrier (jours et dates), et puis la mémoire récente. Il lui arrive de me poser la même question trois ou cinq fois à quelques minutes d'intervalle. Au début, quoique répétant ma réponse, je trouvais cela fatiguant et irritant. Je me suis rapidement souvenu du quatrième entraînement à la pleine conscience "Regard profond et parole aimante".
Je pratique donc l'arrêt, à chaque fois qu'elle me repose la même question, et je respire en pleine conscience. Ceci me permet de lui répondre en douceur, sans énervement, et lorsqu'il lui arrive de s’effondrer en larmes dans mes bras, je lui propose de pratiquer la méditation de l'étreinte, et de revenir ainsi au moment présent. Elle se préoccupe beaucoup de son devenir, et aussi du mien, lorsqu’elle me dit :"Tu ne mérites pas cela". Je lui parle gentiment, avec des propos positifs, essaie de minimiser ses erreurs et ses oublis, lui rappelle ce dont elle s'est souvenue récemment et en même temps de lui apporter de la joie, avec un accent d'humour dans mes paroles.
Comme elle a besoin de plus en plus de ma présence à ses côtés, il y a certaines de mes activités que j'ai supprimées. Comme nous l'a enseigné si bien Thây "aimer c'est être présent, offrir notre énergie de compréhension de compassion et d'amour". Je pense également à prendre soin de moi, à m'aimer moi-même, car si je prends soin de moi, je prends soin d'elle.
Le soir, avant de m'endormir, je remercie l'univers d'avoir passé une bonne journée en compagnie de tous les êtres vivants que j'ai rencontrés, de toute la nature, et en compagnie de ma femme, toujours vivante à mes côtés. Il m'arrive de me réveiller la nuit: je suis à son "écoute", mais parfois des pensées négatives me traversent l'esprit. Je m'efforce alors de reconnaître leur présence, faire émerger la pleine conscience et de penser "aux petits bonheurs" que j'ai pu savourer avec mon épouse dans la journée.
Nous nous efforçons mon épouse et moi de trouver des bonnes solutions pour améliorer notre quotidien, tout en vivant au mieux le moment présent. C'est une question d'état d'esprit. Je me remémore souvent les paroles de notre cher Thây lors de l'enseignement qu'il nous a offert le premier jour de notre première retraite au village: "Dans le bouddhisme, on parle souvent de la souffrance... et bien moi je vais vous parler du bonheur".
"Il n'y a pas de chemin qui conduit au bonheur, le bonheur c'est le chemin".

Lire la suite

Prière du Nouvel An 2015-2016

2 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Nous vous souhaitons une très bonne année 2016, emplie de paix et d'amour. Chacun de nous étant une belle goutte dans la rivière de la sangha.

Nous avons eu la joie de fêter la nouvelle année à la Maison de l'Inspir avec 80 amis, et avons lu ensemble, au moment des douze coups de minuit, cette belle prière à la Terre Mère. Cette prière a été lue au même moment dans tous les centres de la tradition du Village des Pruniers.

Nous souhaitons vous la partager ici.

Prière du nouvel an 2015-2016

à la Terre Mère et à tous nos ancêtres

Bien aimé Thay,

Bien aimés Ancêtres,

Bien aimée Terre Mère,

Nous nous sommes rassemblés en tant que quadruple Sangha, en ce moment solennel du nouvel an, pour exprimer notre gratitude et notre grande aspiration en tant que famille spirituelle, ainsi que pour prendre ensemble un nouveau départ. Nous savons que vous, nos ancêtres, êtes présents dans chacune des cellules de notre corps et que vous êtes toujours disponibles pour nous, afin que nous puissions prendre refuge en vous. Nous savons également que vous, cher Thay, êtes aussi présent en nous en ce moment-même. Ce soir, en touchant la terre, nous entrons aussi en profond contact avec toi notre Mère la Terre : en effet, nous-mêmes comme tous nos ancêtres sommes tes enfants. Terre Mère, tu es notre belle et merveilleuse planète bleue, le Grand Bodhisattva de la Terre Rafraîchissante, parfumée et bienveillante; malgré nos nombreuses erreurs, à chaque fois que nous retournons à toi, tu nous accueilles pour nous embrasser tel que nous sommes.

Cher Thay bien aimé, durant l'année passée nous avons laissé l'incertitude arroser des graines de peur et d'insécurité au fond de nos coeurs. Des émotions fortes et des perceptions erronées nous ont trop souvent envahi, générant des sentiments de solitude, de séparation et de désespoir.

Conscient de ces souffrances, nous sommes déterminés à prendre refuge en vous, cher Thay, ainsi qu'en notre pratique et en notre communauté. Grâce à notre respiration et à nos pas en pleine conscience, nous pouvons retourner à notre véritable demeure, source de clarté et de calme. Demeurant au coeur de notre communauté de pratique, nous sommes en contact avec une énergie collective de stabilité qui nous permet de reconnaître et d'embrasser nos émotions fortes et nos perceptions erronées.

Chère Terre Mère, en tant que famille humaine nous avons permis à l'avidité et à la consommation à outrance de prévaloir. Nous avons couru après un statut, des richesses, du pouvoir et du confort émotionnel, oubliant que cela ne pourrait jamais nous apporter liberté et bonheur véritables. Nous avons été trop occupés, tentant désespérément de combler notre vide intérieur, et nous n'avons ni pris le temps ni eu l'espace de nous demander ce que nous étions vraiment entrain de faire et de questionner la direction que nous étions entrain d'emprunter. Ce faisant, nous t'avons causé de grands dommages, à toi notre Terre Mère, détruisant ta beauté, tes richesses et ton équilibre naturel.

Conscient de cela, nous sommes déterminés à simplifier notre vie, à cesser de courir ainsi qu' à nous souvenir qu'en ce moment présent nous avons déjà bien assez pour être heureux. Avec l'énergie de pleine conscience et l'énergie de compassion, nous pouvons vivre dans le contentement et la plénitude. Durant l'année à venir, nous sommes déterminés à consommer moins et à maintenir un équilibre de vie durable pour nous même comme pour toi, notre Terre Mère.

Chers ancêtres, nous avons permis à la peur et à l'intolérance de nous diviser en tant que famille humaine, nous nous sommes fait souffrir les uns les autres, faisant croître la discrimination entre religions, nations et groupes ethniques. Nous avons fermé notre coeur et nos frontières, par peur et par ignorance. Nous avons oublié que nous sommes interdépendants les uns des autres et que notre propre bonheur et notre propre souffrance sont intimement liés au bonheur et à la souffrance des autres.

Nous avons confiance qu' il y a en chacun de nous une sagesse de non-discrimination et de grande compassion, transmise par vous, nos ancêtres, ainsi que par notre Terre Mère. Nous sommes déterminés à ne jamais nous éloigner du chemin de pratique, à toujours maintenir notre coeur ouvert, et à lâcher-prise de notre fierté, afin que compréhension et compassion fleurissent en ce monde.

En touchant la terre, nous souhaitons exprimer notre gratitude à Thay, à nos ancêtres et à notre Mère la Terre. Nous avons trouvé un chemin de pratique et une famille spirituelle en laquelle nous prenons refuge. Nous avons goûté la liberté en lâchant-prise de nos idées et de nos notions. Nous avons vécu la joie, la paix et l'expérience de la transformation, nous avons ressenti la force et la chaleur de la fraternité et ainsi nous savons qu'ensemble nous pouvons faire face à nos défis et réaliser nos plus grandes aspirations.

Nous faisons le voeu, en cet instant solennel, de continuer à construire notre communauté ainsi qu' à ouvrir et maintenir un chemin de pratique pour nous-mêmes et pour nos descendants.

Cher Thay, chers ancêtres, chère Terre Mère, veuillez s'il vous plaît accepter nos offrandes d'encens, de fleurs et de fruits, témoignant ainsi de notre aspiration et de notre grand amour.

Lire la suite

L'enseignement de Noël de sr Giac Nghiem

27 Décembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

L'enseignement de Noël de sr Giac Nghiem

Le réveillon de Noël , notre grande sœur Giac Nghiem nous a donné un très bel enseignement sur le petit Jésus , le petit Buddha ,le petit Mohammed, et l’amour .

Avant l'enseignement, les soeurs de la Maison de l'Inspir on chante 'de la Vision Profonde':

Il y avait des enfants dans le publique et l'enseignement est adapté aux enfants:

Pour écouter le chant, cliquer ici.

Pour écouter la première partie de l'enseigement, cliquer ici.

Pour écouter la deuzième partie de l'enseigement, cliquer ici.

Lire la suite

Nouvelles de Thay - 24 decembre 2015

26 Décembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Nouvelles de Thay - 24 decembre 2015
Annonce officielle
Village des Pruniers
24 décembre 2015

A tous les centres du Village des Pruniers

A tous les centres de pratique et les Sanghas tout autour du monde

A tous nos amis bien-aimés,

Tous nos centres monastiques aux Etats-Unis et en Europe, depuis plus d'un mois à présent, sont dans leur retraite d'hiver traditionnelle de trois mois. Ce temps où nous ne quittons pas le monastère pour aller enseigner à l'extérieur, nous offre quatre-vingt-dix jours de pratique continue de pleine conscience. Dans ce même esprit, les frères et soeurs qui s'occupent de Thay à San Francisco ont également commencé une retraite d'hiver avec Thay, pendant laquelle, tous ensemble, pratiquent la méditation assise tôt le matin, la marche méditative, les repas en silence, regardent en vidéo des enseignements sur le Dharma de Thay et participent à des partages sur le Dharma.

Chaque jour, Thay se réjouit d'être avec les frères et soeurs, étant présent à toutes ces activités, et nous pouvons voir combien pratiquer avec la communauté est une source importante de nourriture spirituelle pour Thay, soutenant sa convalescence dans tous les aspects. Récemment Thay a vraiment aimé regarder un ancien enseignement sur le Dharma qu'il a donné il y a très longtemps en Grande Bretagne. Il a écouté très attentivement tout l'enseignement, souriant souvent et approuvant de la tête lorsque lui-même jeune, partageait des éléments clés. Les spécialistes nous disent que ce genre d'activité est très thérapeutique et un soutien pour retrouver la parole. Malheureusement, pour l'instant, Thay a fait de très petits progrès et est encore incapable de parler. Il continue à chanter avec nous, et prononce des mots de plus en plus reconnaissables alors qu'il chante les chansons du Village des Pruniers dont il se souvient très bien. Nous pouvons voir que Thay met beaucoup d'effort et d'énergie pour essayer de prononcer les mots, même si parfois cela peut être frustrant pour lui. Nous sommes très heureux de pouvoir vous annoncer que nous avons trouvé un nouvel orthophoniste qui pourra travailler avec Thay quotidiennement durant tout le mois de janvier. De plus, nous continuons à explorer les nouvelles techniques de guérison neuroplastique, incluant le “neurofeedback” et la thérapie du “laser froid”.

Thay continue à se réjouir de moments de paix et de bonheur tout en regardant le pont du “Golden Gate”, en visitant les jardins botaniques et autres très beaux endroits à San Francisco. Thay a commencé à mettre plus de poids sur le côté droit de son corps, avec le soutien d'un appareil orthopédique sur sa jambe droite. Il s'entraine graduellement à être de plus en plus indépendant pour se mettre debout et pour garder son équilibre. Il continue à s’entrainer à marcher plusieurs heures chaque jour, avec le soutien de son physiothérapeute et de ses assistants monastiques, qui recoivent ainsi une guidance experte et un entrainement.

Thay nous inspire par sa vitalité spirituelle, sa forte persévérance et son immense volonté qui a dirigé sa convalescence depuis le début. Thay nous enseigne qu'il n'apprécie pas la pitié, il apprécie la pratique – et il est sensible à la pleine conscience et à la véritable présence de toutes les personnes autour de lui. Nous apprenons de la très grande dignité de Thay qui accepte ce qu'il a. Nous pouvons voir dans sa façon d'être, que pour Thay, ce qu'il a, est suffisant. Cela ne nous empêche pas, malgré tout, de faire tout ce que nous pouvons pour soutenir sa convalescence; et cela n'empêche pas non plus Thay d'entrainer diligemment son corps et son esprit. Tout ceci nous rappelle la phrase très puissante de la calligraphie de Thay : “C'est cela”. Grâce à nos efforts pour soutenir la convalescence de Thay nous nous enracinons dans notre pratique d'acceptation du moment présent, l'accueillant tel qu'il est, sans peur pour le futur, ni regrets à propos du passé. Thay nous a toujours rappellé que le Bouddha était un être humain. Thay lutte avec ce challenge humain et nous, en tant que sa continuation spirituelle, sommes toujours à ses côtés. Nous sommes en paix car nous savons que nous tous faisons de notre mieux pour pratiquer et être là pour notre Maitre.

Nous ressentons profondément que la convalescence physique de Thay est inextricablement liée avec la santé et l'épanouissement de notre famille spirituelle quadruple. C’etait une évidence avec l'ordination récente de vingt jeunes hommes et femmes de la famille d'ordination “Bois Rouge”. Neuf d'entre eux ont été ordonnés en Thailande et les autres dix ont été ordonnés au Village des Pruniers. Ils viennent d'Irlande, de France, de Hollande, d'Italie, d'Indonésie, d'Australie et du Vietnam. La force du corps de Sangha de Thay et son corps de Dharma vivant, de pratiques et d'enseignements les ont inspiré à recevoir l'ordination de novice. En tant que communauté, nous prenons soin du corps entier de Thay dans tous les aspects car nous voyons clairement qu'il n'est pas uniquement à San Francisco. Nous pouvons voir son corps de Sangha fleurir un peu partout, en nous-mêmes, dans chacun des jeunes novices et dans tous. La vision de Thay du prochain Bouddha se manifestant en tant que sangha, est en train de se réaliser.

Nous voudrions exprimer notre profonde gratitude à notre famille spirituelle d'être là, de pratiquer de tout coeur là où vous êtes. Chacun d'entre nous est une cellule du corps de Sangha de Thay, et nous contribuons tous à prendre soin de Thay en revenant à notre “chez soi” pour prendre soin de nous-mêmes, de notre pratique et de nos bien-aimés. De cette façon nous sommes une belle et active cellule du corps de Sangha et du corps du Dharma de Thay.

Merci d'être là pour nous. Nous sommes là pour vous.

Nous vous souhaitons de belles et paisibles fêtes de fin d'année.

Avec amour et confiance,

Les moines et nonnes du Village des Pruniers

Lire la suite

C'est quoi le bonheur pour vous Sr Dao Nghiem?

16 Décembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Voici une interview de Soeur Dao Nghiem sur le bonheur, enregistre au Village des Pruniers fin novembre 2015.

Lire la suite

Engagement des Gardiens de la Terre

4 Décembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Voici le nouveau texte pour le traité de paix avec la Terre avec de nouveaux engagements. Vous pouvez le télécharger et l'imprimer si vous le souhaitez.

Lire la suite

Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21

4 Décembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21
Le week-end dernier des frères et soeurs monastiques du Village des Pruniers et les Soeurs de la Maison de l'Inspir ont participé à quelques évènements à l'occasion de l'ouverture de la COP21.
Samedi nous avons eu une très belle rencontre à la Basilique St Denis partageant un temps spirituel avec différentes traditions religieuses (catholique, protestante, hindoue, juive, musulmane, bouddhiste) et tous les amis qui marchaient depuis plusieurs mois ou plusieurs semaines (les pélerins du climat). Puis à l'occasion de la remise de pétition signée par des millions de personnes nous avons pu rencontrer Nicolas Hulot.

Dimanche nous sommes allées à la Place de la République offrant notre énergie de paix, de compassion par chacun de nos pas en pleine conscience. Nous avons eu un bel échange avec des frères franciscains venant de Corée du Sud, avons dessiné sur les trottoirs et nous sommes réjouis d'être tous ensemble dans la fraternité. Nous sommes partis juste avant les manifestations qui malheureusement ont pris place l'après-midi.
Lundi deux d'entre nous sont allés présenter la pratique du Village des Pruniers au Bourget.


Continuons à générer l'énergie de paix, de clarté, de compassion et de courage pour l'envoyer à tous les responsables qui en ce moment sont réunis dans le cadre de la COP21.

Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21
Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21
Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21
Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21
Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21
Photos de la Sangha monastique à Paris pour l'ouverture de la COP21
Lire la suite

Après cinq années à la Maison de l'Inspir...lettre de Sr Dao Nghiem

20 Novembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Sans venir, sans partir
Ni avant, ni après
Je vous tiens près de moi et vous laisse pour être libre
Parce ce que je suis en vous et vous êtes en moi

Après cinq années à la Maison de l'Inspir...lettre de Sr Dao Nghiem
Chère Communauté bien-aimée de la Maison de l'Inspir,

Tôt ce matin, assise sous un saule pleureur dans le jardin du Hameau du Bas, mes pensées sont allées vers vous, tou(te)s les ami(e)s que j'ai pu croiser à la Maison de l'Inspir durant ces cinq années. Mardi dernier je suis revenue au Village des Pruniers cinq ans exactement après mon arrivée à la Maison de l'Inspir en novembre 2010.

Comme je n'ai pas eu l'occasion de dire au revoir à la plupart d'entre vous avant mon départ, par ces quelques lignes je voulais vous exprimer ma gratitude pour tous ces moments que nous avons partagé ensemble, pour votre soutien par votre présence, votre aspiration à amener la paix, la compassion, la pleine conscience dans votre quotidien.
Nous avons échangé des sourires, des regards, des mots, des pas en pleine conscience le long de la Marne, des repas en silence, des tasses de thé, des fous rires mais aussi des larmes de désespoir mais aussi de bonheur... Tant de moments qui resteront gravés en moi et m'aideront à continuer mon chemin.

Le Village des Pruniers est à la Maison de l'Inspir, la Maison de l'Inspir est au Village des Pruniers. Nous nous reverrons c'est certain. Je vous souhaite une belle continuation de votre pratique. Toutes mes Soeurs à la Maison de l'Inspir sont là pour vous et vous offre un merveilleux refuge de paix et d'amour.

Je continuerais autant que je peux, à mettre des articles sur le blog de la Maison de l'Inspir pour rester en lien avec vous tous.

"Chaque respiration, un miracle
Chaque pas, un miracle
Chaque moment, un mira
cle"


Avec gratitude, amour et paix

Soeur Dao Nghiem

Lire la suite

Cher Monsieur le Président,

18 Novembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Cher Monsieur le Président,
Cette lettre émouvante a été écrite par une de nos soeurs française et enseignante du Dharma dans la tradition du Village des Pruniers, actuellement résidant au monastère de Deer Park en Californie. Thay (Thich Nhat Hanh) nous a souvent invité à écrire "des lettres d'amour" à nos politiciens dans les moments de chaos, de confusion, de peur. Beaucoup d'entre nous se souviennent de la lettre écrite par Thay au Président George W. Bush en 2006. (Vous trouverez la traduction à la suite de ce message) (en cliquant sur le mot Président en bleu ci-dessus vous pourrez lire la lettre originale en anglais écrite par Thay)
Peut-être serez-vous inspiré par la lettre de Thay et de Sr Mai Nghiem pour regarder profondément dans votre coeur et vous-même en écrire une.

Mardi 17 novembre 2015, San Diego, Californie.

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
France

Monsieur le Président,

Ce matin, quatre avions militaires sillonnent le ciel au-dessus de nos montagnes. Ils me font penser à la France. Je suis en Californie depuis un an, mais ces derniers jours mon coeur et mes pensées ne cessent de prendre leur envol vers le pays natal.

Mes pensées vont aussi vers vous, Monsieur le Président, père d’une patrie choquée, qui doit, à l’heure qu’il est, faire face à une situation douloureuse et complexe, à une pression politique et médiatique extrême, le tout engendrant sans aucun doute bien du stress et des nuits sans repos.

Merci d’accepter cette tâche difficile de capitaine de navire et de la mener avec un grand sens de la responsabilité et du devoir.

Dans la nuit du 13 novembre, bien des membres de ma famille francaise sont morts. Une partie de moi est morte avec eux. Et de la vulnerabilité de mon coeur meurtri, une voix se fait entendre: l’écho de mes pleurs dans les sanglots de mes frères et sœurs syriens, l’écho de mon désespoir dans les appels au secours de tous ces hommes et ces femmes qui souffrent, un peu partout, de la perte des leurs, de la violence, de la terreur et de la guerre.

Je sais, aujourd’hui plus qu’hier, de la profondeur de mon âme blessée, que je ne souhaite à aucune famille de verser ces larmes amères.

Comme le disait le Pape François dans son discours acclamé au Congrès américain “Souvenons-nous de la Règle d’Or : « Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour les autres aussi ».

Monsieur le Président, nous apprenons dans nos livres d’histoire comment l’humiliation allemande du Traité de Versailles de 1919 fut une perche tendue pour la montée du pouvoir hitlérien, comment les bombardements du Cambodge en 1973 furent une campagne efficace de recrutement pour les rangs des Khmers Rouges ou encore combien la guerre en Irak fut un combustible pour le feu du fanatisme islamiste.

Dans la situation de crise mondiale actuelle, il est si facile de se laisser happer par l’urgence (bien réelle pourtant), l’agitation et la frénésie ambiante.

Puissions-nous ensemble, tout en répondant au besoin impératif de protection de la population, prendre aussi le temps de se souvenir, d’écouter et d’apprendre de l’Histoire et des souvenirs de ceux qui en témoignent;

Puissions-nous ensemble, dans un monde où le passé peut être retouché de manière si réelle et poignante (comme le montre récemment le film “Le Fils de Saul”), honorer de nos actions responsables, intelligentes et éclairées le souvenir de tant de morts et de souffrance et ne donner aucune chance à nos enfants de revivre de pareils traumatismes;

Puissions-nous ensemble œuvrer à la construction d’un monde où l’écoute attentive et compatissante des souffrances endurées de part et d’autre, prévale sur l’escalade inutile d’une violence qu’aucun être ne souhaite, où le désir de compréhension profonde et de réelle entente triomphe de nos préjugés, de nos peurs et de nos soifs de revanche ou de pouvoir;

Afin qu’ensemble nous puissions, comme le dit Gandhi, non seulement ne pas rendre le monde aveugle, mais aussi allumer une étincelle de vie, d’espoir et d’amour dans les yeux de ses habitants.

Monsieur le Président, je suis confiante que les livres d’histoire et les générations à venir se souviendront de vous comme celui qui sut être “la force tranquille” dont la nation avait tant besoin dans un chaos de peur et de colère; comme un capitaine avisé qui sut conduire son navire vers des eaux apaisées; comme le sage et courageux commandant des gardiens d’une réelle Paix; comme le berger qui sut prendre soin de ses brebis au-delà des frontières de ses pâturages.

Car tous, nous préférons le joyeux gazouillement du merle aux rafales des armes et le vol libre et majestueux de l’épervier à celui des avions militaires.

Sachez Monsieur le Président, qu’en ces heures sombres, sur le chemin ardu qui est le vôtre, vous ne marchez pas seul. Les pensées de soutien et de courage de beaucoup vous accompagnent.

Avec toute ma gratitude et ma confiance,

Votre enfant parmi tant d’autres,

Soeur Mai Nghiem

Cher Monsieur le Président,

Village des Pruniers
Le 8,8, 2006

Honorable George W. Bush
The White House
Washington D.C., U.S.A.

Cher Monsieur le Président,

Hier soir, j’ai vu mon frère (qui est mort il y a deux semaines aux USA) dans un rêve. Il revenait me voir. Il était avec tous ses enfants. Il m’a dit « Tous ensemble, rentrons chez nous». Après une milli seconde d’hésitation, je lui ai répondu joyeusement, « OK, allons-y ».

Me réveillant de ce rêve ce matin à 5h, j’ai pensé à la situation au Moyen-Orient, et pour la première fois, j’ai été capable de pleurer. J’ai pleuré très longtemps, et je me suis senti beaucoup mieux après environ une heure. Ensuite je suis allé à la cuisine et je me suis fait du thé. Tout en me préparant du thé, j’ai réalisé que ce que mon frère m’avait dit, était vrai : notre maison est assez large pour nous tous. Rentrons chez nous comme des frères et sœurs.

Mr le Président, je pense que si vous pouviez vous permettre de pleurer comme je l’ai fait ce matin, vous vous sentiriez vous-aussi beaucoup mieux. Ce sont nos frères et sœurs que nous tuons là-bas. Ils sont nos frères, Dieu nous le dit, et nous le savons nous-aussi. Peut-être ils ne nous voient pas comme des frères à cause de leur colère, leur incompréhension, leur discrimination. Mais avec un peu de conscience, d’éveil, nous pouvons voir les choses d’une façon différente, et cela nous permettrait de répondre différemment à la situation.

J’ai confiance en Dieu en vous, j’ai confiance en la nature de Bouddha en vous.

Merci d’avoir lu ma lettre.

Avec gratitude et fraternité

Thich Nhat Hanh

Village des Pruniers

Lire la suite

Une lettre d'Alexis de Montréal

15 Novembre 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Chers amis de partout,

Je vous écris depuis Montréal. Vendredi j’ai perdu mon cousin dans les attentats commis en France. Face à cette terrible nouvelle, j’ai pleuré. Eric était papa d’une petite fille et sa compagne doit accoucher dans deux mois. Tellement de choses se bousculent dans ma tête.

J’inspire, j’expire.

Eric, tu étais (et tu es dans mon cœur) un être animé de joie. Je vais te rendre hommage en étant joyeux et en prenant soin d’apporter la joie chez les autres. Aujourd’hui, je veux apporter cette joie dans cette violence, cette souffrance sans nom. Tu es un exemple et je te ferai honneur et suivant ton chemin de joie et d’ouverture d’esprit.

J’inspire, j’expire

Je n’ai pas cédé à la colère et à la demande de vengeance. Car c’est la colère et la vengeance qui animent cet acte odieux. Aujourd’hui, je veux juste tenir dans mes bras mes proches, des inconnus et leur dire que je les aime. Seul l’amour nous fera sortir de ce cercle de souffrance.

J’inspire, j’expire.

En perdant un proche, je suis conscient de ce que vivent des gens par le monde au quotidien, qu’ils soient en Irak, en Syrie, en Afghanistan mais aussi aux Etats-Unis. Tous les jours, des gens sont tués par balle partout dans le monde. Aujourd’hui j’ai l’occasion de me joindre à eux, leurs proches et de leur exprimer ma compassion.

J’inspire, j’expire.

A la haine, à Mara et à tous ceux qui tombent dedans, je vous vois. Vous n’êtes qu’une illusion et je ne m’identifierai pas à vous. Dans mon chemin de paix, il n’y pas d’exception. Face à la souffrance, j’observe et je laisse passer. Je ne m’oppose pas. Je ne m’identifie pas. J’offre aussi de l’amour à ces hommes qui tuent. Même si je condamne entièrement leur acte, je ne peux pas oublier que c’est une part de la souffrance collective qui les habite. Je fais le vœu de travailler sur mes propres souffrances afin d’aider à diminuer, à mon humble niveau, la souffrance collective.

J’inspire, j’expire.

Aujourd’hui, les gens se parlent, s’ouvrent des portes qui étaient fermées, sont solidaires. Même si cette vague n’a qu’un temps, je veux voir aussi cette présence, ce soutien, cet amour de l’autre. Je suis triste que cela n’arrive que dans les moments de désespoir et heureux de me dire que cela existe toujours. Je fais le vœu d’entretenir cet esprit d’ouverture en moi et d’accompagner l’autre à s’ouvrir.

J’inspire, j’expire.

J’inspire, j’expire.

J’inspire, j’expire.

Alexis, Wake Up Montréal.

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 > >>