Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Articles récents

Commentaire de la nouvelle version du Soutra du Cœur de la Prajnaparamita

6 Décembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

La Sagesse qui nous mène à l'autre rive

Sur le site francophone du Village des Pruniers, vous trouverez un enregistrement audio du chant du Cœur de la Prajnaparamita, ainsi que la vidéo prise lorsque la Sangha l'a chanté pour la première fois en avril 2016.

Nous vous livrons maintenant une traduction en français du commentaire écrit par Thay pour expliquer la raison de cette nouvelle version du soutra.

Dans la joie de toucher cette compréhension ultime !

Si vous lisez la musique, profitez aussi de la partition écrite par Frère Phap Linh.

Ni être ni non-être

Ni être ni non-être

Lire la suite

Témoignage sur le deuxième message de la retraite d'hiver 2016-2017

6 Décembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Chère Communauté,

Lorsque ma Maman est décédée, je me trouvais au Village, c’était en juillet 1991.

J’avais quitté ma mère quelques jours auparavant et j’avais noté un petit changement dans son comportement habituel : elle ne s’était pas levée le matin de mon départ comme elle le faisait toujours et je suis allé l’embrasser dans son lit pensant qu’elle était simplement fatiguée.

Hameau du Bas : il était environ 5h30, la cloche du matin n’avait pas encore retenti, qu’un ami envoyé par Sœur Chân Không, était venu me chercher en urgence pour répondre à un appel téléphonique provenant de ma sœur. J’ai aussitôt fait le lien entre cet appel et la fatigue de ma mère, sachant qu’un évènement important s’était produit.

Maman était partie… je ne pleurais pas.

Après la méditation du matin, nous sommes tous montés au Hameau du Haut pour le petit déjeuner, et pour moi, être conduit à la gare en direction de Limoges par la suite.

Pendant le petit déjeuner j’ai senti deux mains se poser doucement sur ma tête, libérant toute ma douleur… deux mains pleines d’amour et de compréhension.

Après l’enterrement, je suis rentré directement au Village et le lendemain les Frères et les Sœurs de l’Inter-Etre m’ont proposé d’organiser pour moi et ma mère une cérémonie devant l’autel du Bouddha. Ce fut un très beau moment rempli de simplicité et de profondeur. J’étais assis face à l’autel et les Amis de chaque côté. Nous avons chanté les Sutras et ensuite je me suis incliné et prosterné devant l’autel du Bouddha.

Pendant plusieurs années, j’avais fait des prosternations devant le Bouddha, par imitation, voyant le Bouddha comme un être supérieur quelque part au-dessus de ma tête ou dans les nuages, le ciel. Je voyais le Bouddha comme je voyais Dieu ou Jésus lorsque j’étais enfant, comme Celui qui dirige tout sur terre, nos vies, notre naissance, notre mort, nos actions bonnes. Et bien sûr, quant à nos actions mauvaises, il y avait Satan qui s’occupait de cela, pas très loin de moi.

Dans mon idée, Bouddha, Dieu, Jésus ou Satan étaient des êtres réels ayant une identité, une existence séparée.

Photo : J.-P. Roussel

Photo : J.-P. Roussel

Cependant, pour la première fois en ce mois de juillet 1991, à l’occasion de cette cérémonie pour ma mère, il s’est produit un évènement particulier pendant lequel je me suis senti comme transporté par une force, une énergie inconnue, surtout en faisant les prosternations, où le Bouddha n’était plus le Bouddha, où ma mère n’était plus ma mère, où les Amis présents et me soutenant n’étaient plus là non plus, où moi-même je n’existais plus vraiment… Certes, tout était bien réel, les choses, les objets, les personnes, les chants, la statue du Bouddha, l’autel et j’étais bien là à genoux en train de m’incliner, mais tout cela n’avait plus soudainement la même identité que je lui attribuais avant.

Pendant les prosternations, transporté par cette énergie d’éveil et de lumière, j’ai pu prendre ma Maman dans mes bras et l’embrasser en moi-même, comme je ne l’avais jamais fait durant son vivant. Pendant ces touchers de la Terre, j’ai pu rencontrer le Bouddha, non pas à l’extérieur mais à l’intérieur de mon corps, de mon esprit. Les Amis aussi se prosternaient en moi, bien qu’étant toujours assis à leurs places, et moi-même m’inclinant, je n’étais pas à part, séparé de mon entourage. Je m’inclinais et ma Maman s’inclinait, les Amis s’inclinaient en même temps, le Bouddha n’était pas une simple statue sur un autel, il s’inclinait aussi en même temps. Il n’y avait plus à cet instant quelqu’un qui s’appelle « moi » ou qui s’appelle « Amis », qui s’appelle « Maman », et même quelqu’un qui se nomme « le Bouddha ».

Il n’y avait plus de différences entre toutes ces personnes, toutes ces choses, comme une sorte d’unité, une seule et même énergie bienfaisante. Chacun de nous était l’autre et vice-versa. Finalement, nos cinq Skandhas allaient tous dans le même sens, nos corps, nos sensations, nos perceptions, nos formations mentales, nos consciences ne formaient qu’un tout où les identités s’estompaient et où chacun de nous, avait certainement pu toucher du doigt une goutte de Liberté.

Voilà mon expérience à propos des désignations conventionnelles, du sens qu’elles ont, et de la manière où j’ai sans doute pu toucher pour la première fois cette notion « d’identité séparée » où les différences laissent place à la nature propre de chaque chose : l’interdépendance.

« Celui qui s’incline et celui devant lequel il s’incline n’ont pas d’identité séparée » TNH

Lire la suite

Poèmes et témoignages des pratiquant-e-s à la Maison de l'Inspir

5 Décembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Un livre d'or pour la Maison de l'Inspir

Voici deux partages récents d'amies de la Sangha.

« Sur le chemin de nos chères Sœurs» 

Sur le Chemin de nos Sœurs
Où l’Inspire demeure,
La Marche annoncée est Vrai Bonheur,
Dans leurs Cœurs l’élan est évoqué,
Pas à Pas sur le chemin la liberté est à portée 
 
Sur le chemin de nos Sœurs,
où l’inspire est illimité,
le chemin du Bonheur la paix est éclairée,
 
Riches mes chères Sœurs vous êtes,
Riches, vous nous transmettez un bonheur inégalé,
Donnez-nous encore et encore la puissance de la paix, de la liberté illimitée.
 
Dans le Cœur de nos Sœurs,
La Bonté, la Beauté est pur vérité,
Pas à Pas sur le chemin du Bonheur,
Nous nous retrouvons heureux et apaisés.
Sur le chemin de la Marne méditative

Sur le chemin de la Marne méditative

"Bonjour mes sœurs, 

[...]merci à vous toutes.

Merci à Thay.

Merci de votre présence, de vos énergies

Merci de m'avoir accueillie avec tant de bienveillance, d'avoir accueilli mes paroles, .... dans un noble silence respectueux.

Vous m'avez appris à redessiner un sourire sur mon visage ; et à cet instant présent la paix semble pointer le bout de son nez dans mon coeur. Je sais ... il me faut continuer à arroser cette graine.  

J'ai découvert des sœurs, des cœurs.  

J'ai senti en vous toutes vos personnalités et vos sensibilités , votre légèreté...  et j'ai été émue.

Je remercie aussi toutes les personnes que j'ai rencontré, avec lesquelles j'ai partagé une ou plusieurs nuits, un ou plusieurs mots, une ou plusieurs médiations, ... .

Désolée de vous l'apprendre .... mais je reviendrai !

Un lotus à vous toutes"

Lire la suite

Atelier Educ'Inspir le 21 janvier 2017

2 Décembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Le thème de l'atelier Educ'Inspir (la pleine conscience dans le secteur éducatif) du 21 janvier prochain sera "la joie et le bonheur". Nous espérons que vous serez aussi nombreux-ses et enthousiastes à nous rejoindre que vous l'avez été aux rencontres précédentes... Voici en introduction à cette journée des citations de notre maître Thich Nhat Hanh, pour nous nourrir dès à présent !

Les enseignants mexicains pratiquent la relaxation totale :)

Les enseignants mexicains pratiquent la relaxation totale :)

Citations extraites des livres «La paix en soi, la paix en marche », « Enseignements sur l'amour. », « Le coeur des enseignements du Bouddha », « La sérénité de l'instant. Paix et joie à chaque pas. » de Thich Nhat Hanh.

« Si notre joie et notre bonheur sont profonds, nous aurons beaucoup à donner et à partager. »

« Si nous sommes capables de toucher les merveilles de la vie, si nous savons comment vivre heureux à chaque instant, nous ne créerons pas de souffrance pour nous-mêmes et pour autrui. »

« Utilisez vos talents pour trouver des moyens de prodiguer du bonheur à vous-même et aux autres- Le bonheur qui provient de la méditation et non de la poursuite des plaisirs sans fruit. La joie méditative a la capacité de nourrir notre pleine conscience, notre compréhension et notre amour. »

« Le bonheur n'est pas quelque chose d'individuel ; il est de la nature de l'inter-être. Quand vous réussissez à faire sourire un ami, son bonheur vous nourrit ; quand vous parvenez à la paix, à la joie et au bonheur, vous le faites pour tout le monde. »

« Commencez par vous nourrir de sentiments de joie. Pratiquez la méditation marchée dans la nature, appréciez l'air frais, les arbres, les étoiles dans le ciel nocturne. »

« Les sentiments de joie ont la capacité de transformer les sentiments de chagrin et de douleur en nous. »

«Pratiquer la pleine conscience nous aide à apprendre à apprécier le bien-être qui est déjà là. Avec la pleine conscience, nous chérissons notre bonheur et nous pouvons le faire durer. »

« Ne jetez pas votre souffrance, touchez-là. Affrontez-là directement et votre joie deviendra plus profonde. Vous savez que la souffrance et la joie sont toutes deux impermanentes. Apprenez l'art de cultiver la joie. »

« Quelle joie d'être assis, en équilibre, à l'aise , d'être avec sa respiration, son sourire, sa vraie nature. Notre rendez-vous avec la vie se produit dans l'instant présent. Si nous ne découvrons pas la paix et la joie maintenant, quand pourrions-nous les découvrir ? Demain ? Après-demain ? Qu'est-ce qui nous empêche d'être heureux tout de suite ? »

Lire la suite

Deuxième message de la retraite d'hiver 2016-2017 chez soi

1 Décembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Deuxième facteur d'éveil : l'investigation des phénomènes

Nous allons explorer la deuxième branche de ce bel arbre des facteurs d'éveil. Cette image est riche de sens. Elle nous permet de comprendre que sur un arbre les feuilles apparaissent généralement en même temps sur toutes les branches. Ainsi les facteurs d'éveil apparaissent en même temps et examiner chaque branche nous permet de mieux comprendre chacun d'eux. Que serait l'investigation des phénomènes sans la joie et le calme ?

Feuille de la bodhi

En nous invitant à explorer « l'investigation des phénomènes » d'emblée Thây nous invite à une compréhension de l'interdépendance donc de l'Inter-Être.

L'investigation des phénomènes, c'est chercher à comprendre pour développer une vision juste, une vision profonde par-delà toutes les apparences (les désignations conventionnelles nous dit Thây) ; celles liées à nos modes de perceptions, à notre culture, à notre environnement.

Les quatorze entraînements à la Pleine conscience nous offrent des pistes d'exploration.

Dans le onzième : « Conscients de la réalité mondiale de l'économie, de la politique et de la société, ainsi que de notre interrelation avec l'écosystème, nous sommes déterminés à nous comporter avec responsabilité en tant que consommateurs et citoyens. »

Dans le deuxième entraînement : « Nous sommes conscients que notre savoir actuel n'est pas une vérité absolue et immuable. La vérité est à trouver dans la vie, nous observerons à chaque instant la vie en nous et autour de nous pour apprendre tout au long de notre vie »

Quel vaste programme ; apprendre tout au long de notre vie !

Deuxième message de la retraite d'hiver 2016-2017 chez soi

Quelques pistes pour ce vaste sujet, nous vous proposons :

1) Les quatre aspects de l'investigation des phénomènes ;

Choisir un être ou un objet, puis un autre à votre propre rythme, en recherchant tous les éléments qui ont permis de le constituer

- Investiguer sur le nom : le nom est une désignation conventionnelle commode pour communiquer. Prenons l'exemple d'une ville Paris : nous savons où la situer géographiquement etc… mais chacun d'entre nous a une opinion, une perception différente de Paris.

- Investiguer sur le sens : Chaque être est composé des cinq agrégats (la forme, les sensations, les perceptions, les formations mentales et la conscience). Nous sommes composés de ces cinq agrégats, nos voisins sont composés des cinq agrégats ; méditer sur cette compréhension peut apporter du soulagement, peut nous aider à transformer les obstacles relationnels, nous libérer.

- Investiguer sur la nature propre : retrouver tous les éléments non-fleur dans la fleur, voir  que rien n'a de soi séparé. C'est une invitation à relire le « Soutra de la Sagesse qui nous mène à l'autre rive »

- Investiguer sur la différence : Les différences que nous percevons existent, il y a beaucoup de fleurs différentes et comme dans un bouquet de fleurs, s'ouvrir à la différence de l'autre nous embellit. Fondamentalement, nous ne pouvons pas exister sans cette différence, nous sommes interdépendants.

ET

- Permettre à la gratitude de se manifester : gratitude pour notre terre, pour toutes celles et ceux qui ont contribué à l'apparition de cet être ou cet objet. Avec curiosité tout au long la chaine de l'évolution ?

2) « En es-tu sûr ?» :

Photo : J.-P. RousselNe pas oublier cette interpellation que nous offre régulièrement Thây et savoir reconnaître les moments où nous prononçons des affirmations qui ne sont pas fondées. Le faire sans culpabilité parce que nous vivons dans un monde qui nous demande trop souvent d'avoir une opinion sur tout.

Savoir reconnaître « je ne sais pas » et pouvoir le dire si les circonstances le permettent; quel soulagement, quelle liberté…

3) Reconnaître nos énergies d'habitude:

Une des fonctions déterminantes et un besoin fondamental de notre cerveau est l'apprentissage ; comment acceptons-nous de cultiver un regard neuf, pour nous autoriser à apprendre et à comprendre? Bien souvent cela va consister à reconnaître nos énergies d'habitude et ce peut être le regard de l'autre qui va nous permettre d'en prendre conscience. Comment acceptons-nous l'avis de l'autre ?

4) Ne pas se perdre dans le questionnement :

Chercher à comprendre peut nous amener à une quête d'informations dans laquelle nous pouvons nous perdre et Thây nous offre l'antidote. Avec lui posons-nous ces questions 

- « En quoi cela peut permettre de soulager la souffrance ?»

- « comment cela peut-il m'aider à vivre au quotidien ?»

- « Que suis-je en train de nourrir en moi ? La compassion, l'amour ou simplement une curiosité intellectuelle ? »

En retrouvant notre esprit d'enfance, nous vous souhaitons de beaux échanges nourrissant notre compréhension et notre compassion.

Lire la suite

Ouverture des inscriptions pour le pèlerinage en Inde

30 Novembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Bonjour ! Après l'annonce faite sur ce blog il y a deux semaines, nous ouvrons à présent les inscriptions pour toutes les personnes de la Sangha francophone, et les amis vietnamophones de la Maison de l'Inspir, pour le magnifique pèlerinage en Inde en octobre 2017. Nous avons quelques précisions et modifications par rapport à l'annonce préliminaire donc merci de prendre note que les renseignements que nous partageons aujourd'hui sont définitifs ! (Ceci notamment pour lever le doute quant au prix du voyage qui est plus élevé que ce qui avait été écrit dans le passé, merci de votre compréhension.)

Les monastères anciens près de Sarnath

Veuillez trouver dans le fichier ci-joint tous les détails du programme, ainsi qu'un formulaire d'inscription (notez bien les différentes options quand vous remplirez). Ce document a été remplacé le 8 décembre 2016 et les informations des jours du pèlerinage sont rectifiées (puisque vous aurez peut-être noté que le précédent disait que le 21 octobre 2017 était un mardi, mais il s'agit bien d'un samedi) ainsi que les coordonnées bancaires.

La grotte d'Ajanta

La grotte d'Ajanta

Lire la suite

Témoignage personnel sur la retraite d'hiver chez soi

26 Novembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

C'est avec le soutien de la Maison de l'Inspir que la première retraite d'hiver chez soi a été lancée en 2009. Nous pensions alors être une cinquantaine intéressée par cette idée. Nous fûmes rapidement plus d'une centaine et actuellement grâce à la MDI qui transmet les messages où chacun peut puiser seul ou en Sangha les pépites qui enrichiront son chemin.

Depuis le début, je participe à l'équipe formée d'enseignants du Dharma monastiques et laïques qui ont à coeur d'offrir des thèmes de réflexion, des propositions de pratiques.

Proposer un thème, trouver le bon rythme, la bonne méthode a toujours été une expérience collective

Chacune, chacun avec sa sensibilité, son style, sa poésie en offrant sa compréhension du Dharma nous enrichit tous, vous et nous. C'est une expérience qui nous rapproche, nous permet de nous découvrir, et d'approfondir la pratique. Alors merci à toutes celles et ceux qui accueillent nos messages, car ces messages nous nourrissent autant que vous.

Partager cette expérience avec vous est un vrai bonheur. Voilà que je suis obligée de me réinterroger, d'aller chercher des informations des précisions avec ce lancinant questionnement « qu'est-ce que cela a à voir avec ma vie quotidienne ?» Thây nous dirait « avec la façon de boire mon thé ».

Chaque retraite a cette petite note qui lui donne sa couleur, sa saveur particulière. Récemment j'ai eu l'opportunité d'entendre le premier enseignement que Thây a donné lors de la retraite de juin 2014.

Il nous invita à entrer dans la retraite en ouvrant une des trois Portes de la libération ; celle du non-signe, de la non-apparence.

Et si la retraite de cette année pouvait avoir cette saveur de la non -apparence...

 Ce qui fait la beauté d'une rose est d'être totalement rose dans ce qu'elle n'est pas...

Pratiquer en essayant de dépasser les évidences...

«En -es-tu sûr ? », nous rappelle régulièrement Thây,

Être dans le questionnement, sans préjugés, sans juger et sans réagir.

Se poser la question « comment comprendre cela ?» et savoir que c'est une porte qui s'ouvre sur l'infini du questionnement.

 Ne pas oublier que le radeau n'est pas la rive et que le Bouddha nous enseigne « Ce radeau m'a aidé à franchir le torrent en sécurité. À présent il vaut mieux le laisser sur l'eau ou sur la berge afin qu'une autre personne puisse s'en servir » (Soutra de la maîtrise du serpent).

Dans le « Gatha pour l'invitation de la grande cloche », j'ai puisé un passage qui me semble exprimer un des innombrables aspects de cette deuxième porte de la libération

31« Avalokita, vous avez un coeur

Qui sait comment écouter pour comprendre.

Nous voulons être vraiment là

Pour apprendre à écouter sincèrement

Avec toute notre attention

Et sans préjugés

 

32 Nous voulons apprendre à écouter

Sans juger ni réagir

Nous nous entraînerons à écouter

Dans le seul but de comprendre

 

33 Nous sommes déterminés

à écouter si attentivement que nous pourrons comprendre

Ce que l'autre personne dit

Ainsi que ce qui n'a pas été dit

Lire la suite

Un contact guérissant avec nos ancêtres

25 Novembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Invitation à la retraite "Un contact guérissant avec nos ancêtres"  du 5 au 8 janvier 2017 à l'Institut Européen du Bouddhisme Appliqué (EIAB) à Waldbröl en Allemagne.

Nous sommes, à plusieurs pratiquants, membres de l'inter-être et de différentes sanghas francophones de Belgique, heureux de proposer aux ami(e)s francophones et germanophones de vivre ensemble une retraite au sein de l'Institut Européen de Bouddhisme Appliqué (EIAB) à Waldbröl (près de Cologne).

Cet institut  est un monastère de la communauté du Village des Pruniers où vivent moines et moniales, disciples de Thich Nhat Hanh. Il se situe près de chez nous (entre 2 à 3 heures de route de la Belgique, 4h45 de train de Paris) et est encore peu connu des pratiquants francophones. Nous souhaitons vous le faire découvrir en y allant ensemble, une première fois peut être, pour certains d'entre vous.

Le jardin des Bouddhas à l'Institut Européen du Bouddhisme Appliqué

Le fait que les enseignements et retraites sont habituellement proposés en anglais ou allemand a pu aussi freiner sa fréquentation par les francophones ; la retraite du 5 au 8 janvier se donnera, en partie, en français directement, ou sera systématiquement traduite (nous assurerons les traductions). Nous souhaitons que les francophones puissent y trouver leur place petit à petit grâce à leur fréquentation. C'est aussi un grand souhait de nos frères et soeurs monastiques de l'EIAB.

Enfin, nous souhaitons également vous faire découvrir à l'occasion de cette retraite le riche enseignement proposé par Soeur Bi Nghiem (Soeur Ingrid, une enseignante du Dharma allemande qui a vécu de nombreuses années au village des pruniers et qui maîtrise parfaitement le français) sur le thème des ancêtres. Voici sa présentation de l'atelier que nous vivrons :

"Nous faisons partie d'un riche courant de vie et nous sommes liés à ce courant de mille manières. Nous tous, nous sommes plus qu'un "Je". Dans cet atelier, nous porterons notre attention sur les dimensions de l'inter-être dans notre propre vie, c'est à dire sur nos parents et nos ancêtres, afin de voir à quel point ils continuent à vivre en nous . Nous allons essayer de nous réconcilier avec eux. "

Quelques uns d'entre nous ont pu faire l'expérience de cet atelier l'an passé et c'était magnifique.

La Communauté monastique représentée par le frère Thay Phap An, est particulièrement heureuse de nous recevoir et a accordé une réduction de 25% du prix du séjour pour toutes les formules de séjour.

Pour toutes ces raisons, nous vous invitons à vous inscrire à cette retraite en remplissant le formulaire en ligne à l'adresse :

https://docs.google.com/forms/d/1TMcSi8kqJh1OLdw_zsql01Vqosju28MxUtaSIg67b_s/edit

Cela avant le 1 décembre 2016 . Et de payer votre séjour directement auprès de l'EIAB  dont voici les coordonnées bancaires : IBAN / DE27 3705 0299 0341 552932 CODE BIC : COKSDE33 avec en communication :Retraite 05/01/2017 -Nom et Prénom Le suivi des payements sera assuré par l'EIAB directement.

Nous vous recontacterons notamment pour organiser les covoiturages  et d'éventuelles informations supplémentaires sur le programme. L'EIAB a aussi un site web qui renseigne sur l'endroit et le programme d'activités.

Pour toute demande d'information concernant cette retraite, nous vous invitons à écrire à l'adresse suivante qui centralise son organisation : interbeingbelgium@gmail.com

Avec joie et paix,

les sanghas de Liège ( Centre Zen de Pleine Conscience), de Fernelmont ( sangha graines d'arc-en - ciel), de Buzenol ( Sangha graines de lotus, de Bruxelles (sangha des  pommiers), de Thimister-Verviers, de Bertrix et des jeunes wake up.

Lire la suite

Prochaine rencontre des jeunes de 18-35 ans (Wake Up Paris) le 4 février 2017

24 Novembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Voilà, nous avons trouvé la date de notre prochain beau moment de pratique entre jeunes adultes. Si vous êtes libre le samedi 4 février 2017, attrapez votre sac à dos, des vêtements confortables pour l'assise, des chaussures étanches pour la promenade, des petites délices pour le déjeuner (et le dîner si vous savez que vous resterez). C'est-à-dire un plat végétalien pour 2 ou 3 personnes pour midi, un autre pour le soir. Envoyez-nous aussi comme les fois précédentes un email pour nous informer de votre participation s'il-vous-plaît ! Dans ce message vous pouvez déposer toutes vos demandes concernant les activités que vous souhaitez avoir, ou aussi une question / problématique personnelle que vous voulez que nous abordions dans l'enseignement du matin ou le partage l'après-midi.

Nous vous attendrons joyeusement à partir de 9h30, et si vous avez envie vous pouvez aussi vous inscrire pour passer une ou plusieurs nuits à la Maison de l'Inspir...

Au fait si vous n'êtes pas libre le 4 février, la Maison de l'Inspir est ouverte et pleine de fraternité chaque semaine du jeudi matin au dimanche fin d'après-midi, et les ami-e-s de Wake Up sont là, en groupes de bonne taille :)

Portez-vous bien, à bientôt et surtout restons éveillés !

Prochaine rencontre des jeunes de 18-35 ans (Wake Up Paris) le 4 février 2017
Lire la suite

Méditation de la feuille d'automne

20 Novembre 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Cette méditation guidée, que nous avons pratiquée à la Maison de l'Inspir hier matin, est extraite du livre Un lotus s'épanouit (en voie de reparution !) de notre maître Thich Nhat Hanh.

Voici un paragraphe des explications relatives à cet exercice :

"Cet exercice se base sur les visions profondes des Soutras Avatamsaka et Saddharmapundarika. Dans la pratique de la pleine conscience, la personne qui médite peut entrer en contact avec l'aspect merveilleux de la réalité appelé le royaume des dharmas (en sanskrit, dharmadhatu). Ici, nous allons découvrir que ni cette personne ni aucune chose existante ne sont sujettes à la naissance ou à la mort. [...] La naissance n'est qu'une apparence, de même que la mort. Naître c'est sembler naître ; mourir c'est sembler mourir. [...]La vie d'une feuille aussi est seulement une apparence. Bien qu'elle semble être née et mourir, elle ne le fait pas réellement. Lorsqu'elle se détache de l'arbre, elle apparaît seulement comme si elle mourait, tout comme un Bouddha apparaît comme s'il décédait et entrait dans le nirvana. Si une personne qui médite peut voir ceci, elle comprendra aussi que sa propre naissance et sa propre mort ne sont que des apparences."

 

Méditation de la feuille d'automne

Et voici le texte de la méditation guidée :

1. En inspirant, je suis conscient-e de cette inspiration. En expirant, je suis conscient-e de cette expiration. (Inspiration / Expiration)

2. En inspirant, je suis conscient-e de moi-même en train de ramasser une feuille d'automne. En expirant, je touche la merveilleuse nature interdépendante de cette feuille. (Je ramasse une feuille / Sa nature interdépendante)

3. En inspirant, je suis conscient-e de moi-même vivant-e ici et maintenant. En expirant, je touche la merveilleuse nature interdépendante de la vie en moi et autour de moi. (Vivant-e ici et maintenant / Vie interdépendante en moi et autour de moi)

4. J'inspire, je suis conscient-e de la feuille qui retourne à la Terre et renaît comme une nouvelle feuille. J'expire, je vois la feuille en dix mille formes différentes de naissance et de mort. (Feuille à la Terre, Terre à la feuille / Dix mille formes différentes)

5. J'inspire, je vois que la feuille ne naît pas réellement, qu'elle ne meurt pas vraiment, mais qu'elle apparaît seulement comme naissant et mourant. J'expire, je vois que moi-même, je ne passe pas réellement à travers la naissance et la mort mais que je semble seulement les traverser. (La feuille semble seulement naître et mourir / Je semble seulement naître et mourir)

6. J'inspire, je vois que la feuille a accompli son travail depuis des temps sans commencement. J'expire, je vois que j'ai accompli mon travail depuis des temps sans commencement. (Le travail de la feuille sans début / Mon travail déjà accompli)

7. J'inspire, je vois que la feuille est déjà ce qu'elle veut devenir. J'expire, je vois que je suis déjà ce que j'aspire à devenir. (La feuille est ce qu'elle veut être / Je suis ce que je désire être)

Méditation de la feuille d'automne
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>