Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Articles récents

Célébration de Vésak le dimanche 31 mai

9 Mai 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Célébration de Vésak le dimanche 31 mai

Petite correction de l'annonce faite auparavant :

Le week-end du 29 au 31 mai nous aurons une retraite avec toutes les activités en langue vietnamienne, exceptée le dimanche 31 mai journée durant laquelle nous célébrerons Vesak, l'anniversaire de la naissance du Bouddha Shakyamuni. Durant cette journée nous aurons des chants de gratitude, ainsi que des partages. Nous aurons une traduction lorsque les partages seront faits en vietnamien. Si vous souhaitez participer à cette journée nous vous remerçions de bien vouloir apporter un plat végétalien pour 4 ou 5 personnes que nous mettrons en commun.

La journée débutera à 10h et se terminera vers 17h.

Voir les commentaires

La Maison de l'Inspir sera fermée les deux derniers week-ends de mai

8 Mai 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Du 22 au 25 mai la Maison de l'Inspir recevra nos jeunes ami(e)s pour une retraite spéciale jeunes adultes (de 18 à 35 ans) et du 29 au 31 mai nous aurons une retraite où toutes les activités seront en langue vietnamienne. La Maison étant assez petite nous ne pourrons pas recevoir d'autres ami(e)s ces jours-là. Merci de votre compréhension.

Voir les commentaires

Quelques photos souvenir de la kermesse

8 Mai 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Dimanche 3 mai a eu lieu la kermesse annuelle à la Maison de l'Inspir. La pluie a apporté une douce musique au cours de la journée mais n'a pas empêché tout le monde de s'amuser, de rire et se réjouir d'être joyeusement ensemble. Voici quelques petites photos souvenirs de cette belle journée.

kermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspirkermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspir

kermesse du 3 mai à la Maison de l'Inspir

Voir les commentaires

Retraite Wake Up du 22 au 25 mai 2015 à la Maison de l'Inspir

17 Avril 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Retraite Wake Up du 22 au 25 mai 2015 à la Maison de l'Inspir
La Jeunesse
Les Idéaux
l'Amour

"Qu'est ce que je veux faire de ma vie ? Quelles aspirations souhaiterais j'atteindre ?". Avez-vous déjà eu le temps de vous asseoir et vous questionner : "Ai-je de véritables objectifs plus profonds que ceux de gagner ma vie et de chercher le confort matériel et sentimental ?".

Il s'agit d'un extrait de l'enseignement du Maître Zen Thich Nhat Hanh à l’université Brock (Canada) en 2013. Nous les jeunes, nous avons peut-être déjà eu les mêmes tourments et questions sur notre vie et jeunesse : quelles sont nos plus grandes aspirations et idéaux ? Comment les reconnaître, les nourrir et les réaliser ?

Et comment l'amour est-il en lien avec la jeunesse ? Comment vivre pleinement notre amour de jeunesse tout en nourrissant librement nos idéaux véritables ? Comment définir l'amour véritable ?... Ces questions sont d'autant plus pesantes que l'amour peut prendre la forme de désir de possession, d'exigence et de demande d'attention envers l’être aimé.

Ce sont des questions ouvertes auxquelles nous seuls pouvons répondre. Pour cela, nous pourrons retourner à notre pas et notre respiration, ainsi que toucher le moment présent de magie. Et quelle meilleure manière de retrouver soi même que de venir passer quelques jours ensemble dans la joie, la compréhension et la compassion pour une nouvelle retraite jeune internationale à la Maison de l'Inspir ?

Cette retraite intitulée "La jeunesse, Les idéaux, l'Amour" sera donc l'occasion pour chacun d'entre nous de découvrir un mode de vie sain, de pratiquer la pleine conscience et de partager avec d'autres jeunes retraitants qui sont aussi à la recherche des réponses aux questions sur ces sujets.

La Retraite Internationale de la Maison de l’Inspir est le rendez-vous annuel des jeunes venant de plusieurs pays (Vietnam, France, Belgique, Allemande, Etats-Unis…). Ici, dans la joie et la fraternité, les frères et les sœurs monastiques, disciples du Maitre Zen Thich Nhat Hanh nous guident à apprendre les pratiques de méditation simples et non moins profondes afin de les appliquer d’une manière utile dans notre vie quotidienne.

Cette retraite est réservée aux jeunes de 18 à 35 ans.

Cette année, la Retraite Jeunes à la Maison de l'Inspir aura lieu du 22 au 25 mai 2015.

Nous aurons la chance d'accueillir des frères et soeurs monastiques venant du Village des Pruniers, qui partageront avec nous la pratique et les moments de bonheur à la Maison.

Pour participer à cette retraite, inscrivez-vous via ce lien :

http://www.chemindinspir.fr/fr/evenements/retraite-jeunes-2015.html

Voir les commentaires

Prochain atelier Educ'Inspir Samedi 13 juin - Voici le résumé de l'atelier du 28 mars qui était sur le thème de la colère

14 Avril 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Educ’Inspir- Wake Up Schools France

Huitième atelier pour les éducateurs: journée du samedi 28 mars 2015.

Les citations sont de Maître Thich Nhat Hanh :

« Les enseignants heureux vont changer le monde »

« Etre heureux, d'après moi, c'est souffrir moins. Sans transformation de la souffrance intérieure, le bonheur reste inaccessible »

« Celui qui ne sait pas maitriser sa propre souffrance la communique à tous ceux qui l’entourent. C’est dans la nature des choses. C’est pourquoi nous devons apprendre à gérer notre mal-être, afin de cesser de le répandre. »

« Le Bouddha nous a donné des outils très efficaces pour éteindre le feu qui nous dévore : respiration et marche conscientes, maîtrise de soi, analyse minutieuse de ses perceptions et compréhension de la souffrance d’autrui »

Thème : la colère.

A partir du livre du Maître zen Thich Nhat Hanh :

« La colère. Transformer son énergie en sagesse. »

Nous étions environ cinquante, lors de ce huitième atelier : des enseignants, dans des classes de tous niveaux, souvent dans des réseaux d’éducation prioritaire, en activité ou en retraite, des parents, ou des amis intéressés par le thème de la colère dans l’éducation..

La matinée a commencé à 10h par une méditation assise et des explications sur la pratique, suivie d’un tour de connexion, où chacun(e) s‘est présenté(e), en disant son lien avec l’éducation ou sa motivation pour participer à cet atelier, et a exprimé sa météo intérieure (comment il (elle) se sent ici et maintenant

Après une brève présentation de la journée, nous avons vécu ce jour, consacré au thème universel de la colère, sur le mode diagnostic, causes et remèdes, tout en ayant conscience que certaines parties se croisent car tout est interdépendant.

-Diagnostic (reconnaître sa colère, ne pas la refouler, mais l’accepter et la regarder en face)

-Causes / origines de cette colère

-Prescriptions et remèdes / enseignements et pratiques offerts par notre Maître

  1. Reconnaître et accepter sa colère.

L’écoute profonde : à la fois diagnostique et thérapeutique.

« La pratique comporte donc deux phases. La première consiste à reconnaître et à accepter sa colère :’ma chère colère, je sais que tu es là et je vais prendre grand soin de toi’. La seconde consiste à examiner en profondeur la nature de cet affect pour en comprendre l’origine. »

« Nous devons faire face à notre colère. Nous devons reconnaître sa présence et prendre soin d’elle »

« La Pleine Conscience n’est pas là pour réprimer. Elle est là pour accueillir, pour reconnaître :’Bonjour ma petite colère. Je sais que tu es là, ma vieille amie’. La Pleine Conscience est l’énergie qui nous aide à comprendre ce qui est là. »

« Nous devons expérimenter l'enseignement du Bouddha sur l'écoute profonde et la parole aimante, afin de rétablir la communication et d'apporter le bonheur dans notre famille, dans notre école et dans notre communauté. Alors, nous pourrons aider d'autres personnes dans le monde »

« L’écoute compassionnelle doit permettre à l’autre de sentir que vous lui portez une réelle attention, que vous essayez de le comprendre de tout votre être et de tout votre cœur. Mais combien d’entre nous sont capables de le faire ? Chacun s’accorde à dire qu’il faut écouter l’autre avec son cœur, afin d’entendre réellement ce qu’il a à dire, qu’il faut donner à son interlocuteur le sentiment qu’il est vraiment compris, car ce n’est qu’ainsi qu’il trouvera un certain soulagement. Mais, dans la réalité, combien d’entre nous sont capables de pratiquer de cette façon ? »

« Faites de votre mieux pour pratiquer l’écoute compassionnelle. Il ne faut ni juger, ni critiquer ou analyser, mais uniquement aider l’autre à s’exprimer et à trouver un soulagement à sa souffrance. »

« Si vous êtes celui qui écoute, pratiquez vous aussi la respiration consciente, afin de faire le vide en vous. Ecoutez avec compassion, et soyez présent de tout votre être pour permettre à l’autre de trouver l’apaisement. Vous avez la graine de la compassion en vous et elle se manifestera quand vous constaterez à quel point l’autre personne souffre. »

Nous avons expérimenté un exercice guidé d’écoute profonde 2 par 2 sur la colère, que nous éprouvons ou avons éprouvée, en lien avec l’éducation : lors de notre propre éducation, ou dans le cadre de notre métier d’enseignant(e) avec les élèves, les collègues, l’institution, ou encore dans l’éducation de nos enfants / petits-enfants.....

1- une personne s'exprime (3 minutes) pendant que l'autre pratique l'écoute profonde et compatissante en silence.

Celle qui s’exprime pratique la reconnaissance et l’acceptation de sa colère, essaie de partager de manière authentique, ses ressentis/ses sentiments/ses émotions lorsqu’elle éprouve cette colère. Par exemple de la tristesse, du désespoir, de la peur… peuvent se cacher derrière la colère.

Elle peut parler des manifestations physiques de sa colère, observer dans quel endroit du corps cette colère se manifeste, et analyser les besoins qui ne sont pas satisfaits (ex :besoin d’écoute, de liberté, de compréhension, de confiance, de respect de la parole donnée, de sécurité…..)

2- celle qui a écouté reformule (sans jugement ni interprétation, ni conseils) ce qu'elle a entendu, compris, ou cru comprendre et apporte son soutien, son réconfort.

Si elle croit avoir identifié des sentiments et/ou des besoins non satisfaits, elle peut en faire part à l’autre (3 minutes)

3- on inverse les rôles (3 minutes et 3 minutes)

4- chacun exprime à l'autre s'il s'est senti écouté, compris, soutenu....(1 minute et

1 minute)

Vint ensuite le moment des retours des participants en grand groupe sur cet exercice d’écoute profonde.

Comment était-ce de se sentir ainsi écouté avec bienveillance, sans jugement ni conseils ?

Croyons-nous que nous sommes toujours conscients de notre colère, ou arrive-t-il que ce soit quelqu’un d’autre qui nous la fasse remarquer et que nous lui répondions : « Moi en colère ? Non pas du tout. Pourquoi serais-je en colère ? »

Nous avons pratiqué, afin de prendre soin de notre colère pendant la marche méditative au bord de la Marne.

« Prenez soin de votre colère avec beaucoup de tendresse. Elle n’est pas votre ennemie, elle est votre bébé. »

« Nous prenons consciemment notre ‘bébé colère’ dans nos bras pour l’apaiser, la respiration et la marche conscientes jouant le rôle d’une berceuse. L’énergie de la Pleine Conscience pénètre celle de la colère, tout comme l’énergie de la mère pénètre celle de son bébé. »

« Connaître ses limites est une des règles de notre pratique. ….Sachez apprécier la marche méditative, votre thé et la compagnie des gens heureux afin d’être suffisamment nourri. Pour bien écouter l’autre, il faut d’abord prendre soin de soi-même. D’un côté, vous avez tous les jours besoin d’une nourriture appropriée, de l’autre, vous devez renforcer la compassion en vous afin d’être bien équipé pour accomplir la tâche de l’écoute profonde. »

Un délicieux repas pique-nique en pleine conscience tous ensemble a suivi la marche.

L’après midi a débuté par une relaxation totale, accompagnée de magnifiques chants, qui a permis la détente de notre corps.

Nous avons ensuite examiné :

  1. Les causes / Les racines de notre colère :

« Nous ne nous nourrissons pas que d'aliments comestibles, nous consommons également certains produits avec nos yeux, nos oreilles et notre conscience. Ceux-ci peuvent également favoriser les sentiments de colère. Il est donc très important de développer une stratégie de consommation.

Ce que nous lisons dans les magazines, ce que nous voyons à la télévision peut avoir des effets néfastes. Un film, comme un morceau de bifteck, peut contenir de la colère, que vous absorberez inéluctablement. Les articles de journaux, une simple conversation sont, eux aussi, potentiellement dangereux »

« ….efforcez-vous de pratiquer la respiration consciente et le regard profond afin de découvrir les racines de votre colère. Que vous soyez en train de conduire, de marcher, de faire la cuisine, ou de laver le linge, continuez à pratiquer en Pleine Conscience. Vous aurez ainsi la possibilité d’analyser en profondeur la nature de votre émotion. Vous découvrirez que la cause principale de votre trouble est la graine de colère en vous, parce qu’elle a trop souvent été arrosée, par vous-même et par d’autres personnes. »

« En prenant soin de notre colère, nous connaîtrons un soulagement. En l’analysant minutieusement, nous comprendrons qu’elle s’était un peu trop développée en nous, qu’elle était la cause principale de nos tourments, et que l’autre personne n’en était qu’une cause secondaire. »

« Quand on est furieux, on a tendance à penser qu’un autre en est responsable. Mais une analyse en profondeur permet de découvrir que les graines de la colère se trouvent en soi. Bon nombre de gens, dans la même situation que vous, ne se mettront pas en colère. Bien qu’ils aient entendu les mêmes paroles blessantes, ils ont conservé leur calme. Pourquoi réagissez-vous ainsi ? C’est peut-être parce que la graine de colère en vous est trop puissante. Elle a été sans doute trop souvent arrosée par le passé…..»

« Nous avons tous une graine de colère dans les profondeurs de notre conscience. Mais, chez certains, cette graine est plus grosse que celles de l’amour ou de la compassion, par exemple. »

« Nous devons considérer nos perceptions avec la plus grande prudence, sinon nous souffrirons. Aussi, est-il très utile d’écrire les mots ‘en es-tu sûr ?’ sur un bout de papier et de l’accrocher sur un mur de sa chambre. »

« Je vous en prie, chaque fois que vous êtes en colère, que vous souffrez, examinez minutieusement le contenu et la nature de vos perceptions. Si vous parvenez à éliminer celles qui sont erronées, vous retrouverez la paix, le bonheur et la capacité d’aimer. »

Cinquième entraînement : Transformation et guérison

Conscient(e) de la souffrance provoquée par une consommation irréfléchie, je suis déterminé(e) à apprendre à nourrir sainement et à transformer mon corps et mon esprit, en entretenant une bonne santé physique et mentale par ma pratique de la pleine conscience lorsque je mange, bois ou consomme. Afin de ne pas m’intoxiquer, je m’entraînerai à observer profondément ma consommation des quatre sortes de nourritures : les aliments comestibles, les impressions sensorielles, la volition et la conscience. Je m’engage à ne pas faire usage d’alcool, ni d’aucune forme de drogue et à ne consommer aucun produit contenant des toxines comme certains sites Internet, jeux, films, émissions de télévision, livres, magazines, ou encore certaines conversations. Je m’entraînerai régulièrement à revenir au moment présent pour rester en contact avec les éléments nourrissants et porteurs de guérison qui sont en moi et autour de moi, et à ne pas me laisser emporter par des regrets et des peines quant au passé, ou par des soucis et des peurs concernant le futur. Je suis déterminé(e) à ne pas utiliser la consommation comme un moyen de fuir la souffrance, la solitude et l’anxiété. Je m’entraînerai à regarder profondément dans la nature de l’interdépendance de toute chose, afin de consommer de manière à nourrir la joie et la paix, tant dans mon corps et ma conscience, que dans le corps et la conscience collective de la société et de la planète.

Pendant environ quinze minutes en silence, nous avons regardé profondément les racines / les causes de notre colère en lien avec l’éducation. Nous pouvions aussi les écrire sur une feuille…..

-Comme a dit le Bouddha et comme nous le répète souvent Thay : « Rien ne peut survivre sans nourriture »

Nous avons donc observé comment nous alimentons notre colère par les 4 sortes de nourritures.

Il est possible que nous nourrissions notre colère en écoutant les informations, en regardant des films violents, ou en lisant certains livres, en participant à des conversations toxiques…..Nous pouvons être conscients de notre discours mental, qui arrose nos graines de colère.

Il arrive aussi que nous permettions à d’autres personnes, comme nos proches, d’arroser nos graines de colère.

-Pouvons-nous voir des transmissions qui nous ont été faites par nos parents/nos ancêtres ?

-Avons-nous conscience de certaines perceptions erronées qui provoquent notre colère ?

Lors des retours en groupe à propos de l’exercice de vision profonde sur les origines de notre colère éducative, et sur notre pratique de la marche méditative, nous nous sommes demandé si cela avait été facile ou difficile d’analyser notre souffrance et de découvrir les racines de notre colère, et aussi de prendre soin d’elle pendant la marche ?

Thay nous propose

3- Des pratiques pour prendre soin de notre colère et pour la transformer:

  1. Respiration et marche en Pleine Conscience (méditation assise et marche méditative du matin)
  1. Relaxation totale (après le repas)

c) Le traité de paix : lecture en duo

« Tout est possible quand la porte de la communication est ouverte. C’est pourquoi il faut s’efforcer de la restaurer. Exprimez donc votre désir de faire la paix avec l’autre. Demandez- lui de vous soutenir. »

« Trouvez un terrain d’entente et élaborez une stratégie pour dominer votre colère.

Vous savez tous deux que le désir de vengeance révèle un manque de sagesse. Aussi, faites-vous mutuellement la promesse de ne rien dire, de ne rien faire sous l’emprise de la colère. Prenez plutôt soin de celle-ci en revenant en vous-même, par la pratique de la respiration consciente et de la marche méditative.

Profitez d’un moment de bonheur partagé pour signer votre contrat, votre traité de paix. C’est un traité d’amour authentique »

« Dans le passé nous nous sommes fait beaucoup de mal, parce que nous n’étions ni l’un, ni l’autre capables de maîtriser notre colère. Essayons à présent d’établir une stratégie de paix. »

d) « Un caillou dans votre poche »

Nous avons choisi un galet ramassé au bord de la mer à la Pointe d’Agon en Normandie.

« Certains d’entre nous gardent dans leur poche un caillou ramassé dans la cour d’entrée. Ils le lavent très soigneusement et le portent toujours sur eux. Chaque fois qu’ils mettent la main dans leur poche, ils le caressent et le serrent doucement. Ils pratiquent alors la respiration consciente, qui leur procure un profond sentiment de paix. Quand la colère surgit, ce caillou se métamorphose en Dharma. Il nous rappelle les 3 phrases.

  1. «Je suis en colère, je souffre » (et j’ai besoin que tu le saches)
  2. « Je fais de mon mieux »
  3. « Je t’en prie aide-moi. » Les noter sur une feuille si on le souhaite.

Le simple fait de tenir ce caillou, d’inspirer et d’expirer calmement, de sourire, peut beaucoup vous aider. Cette pratique peut paraître un peu enfantine, mais elle est très efficace. Que vous soyez à l’école, au travail ou en train de faire vos courses, ce petit caillou vous servira de pense-bête. Il vous permettra de revenir en vous-même et jouera le rôle de maître, de camarade de pratique-comme une cloche de Pleine Conscience qui permet de faire une pause, puis de retourner à sa respiration. »

e) « Le soulagement naît de la compréhension »

« Quand vous êtes en colère, vous cherchez par tous les moyens à apaiser votre peine. C’est tout à fait naturel. Il y a de nombreuses façons de trouver un soulagement, mais c’est de la compréhension que naît le plus grand apaisement. Quand elle est là, la colère s’en va d’elle-même. D’une manière générale, quand vous comprenez la situation de l’autre personne, la nature de sa douleur, la colère disparaît, parce qu’elle s’est transformée en compassion »

« Sanctionner l’autre ne fera qu’aggraver la situation. En réalité, c’est un acte d’autopunition. C’est vrai dans toutes les circonstances. »

« Quand on comprend le tourment de l’autre, on peut transformer ses propres pulsions vengeresses en désir de lui venir en aide. Ainsi, vous saurez que votre pratique a été couronnée de succès, que vous êtes devenu un bon jardinier. »

« A cet égard, la pratique du regard profond est le remède le plus efficace. Elle vous permettra d’appréhender les difficultés des autres et leurs désirs profonds. C’est ainsi que la compassion naîtra en vous. Si vous la laissez jaillir de votre cœur, le feu de la colère s’éteindra aussitôt. »

« Dans la plupart des cas, l’affliction naît de l’incompréhension de la non-séparation du moi. L’autre est vous, et vous êtes l’autre. Dès que vous aurez assimilé cette vérité, la colère s’évanouira. »

f) Lettre d’amour :« notre soutra du cœur. »

Nous avons écrit pendant environ 15 minutes, une lettre d’amour à la / aux personne(s) ou à l’institution contre laquelle (lesquelles) nous sommes (ou avons été) en colère.

« Le fait que la colère ou la haine soit présente ne signifie pas que la capacité d’aimer et d’accepter soit absente. Si vous êtes un bon méditant et un bon militant de la paix, vous pouvez favoriser le retour de l’amour et de la compréhension en vous et chez l’autre. »

« …dans les périodes de colère ou de désespoir, notre amour est toujours présent. Notre aptitude à communiquer, à pardonner, à faire montre de compassion est toujours présente. Ne doutez pas de cela. Nous sommes au-delà de nos émotions et de notre malheur. Nous devons reconnaître que nous avons en nous la capacité d’aimer, de comprendre et de faire preuve de compassion…..Si vous pouviez garder à l’esprit que les éléments positifs sont toujours présents en vous et chez l’autre, vous sauriez que ce qu’il y a de meilleur en vous deux pourra se manifester à nouveau. »

« Ce genre de lettre est le fruit de la vision profonde, de la compréhension et de la compassion. Autrement, ce ne serait pas une lettre d’amour, qui, si elle est authentique, peut entraîner une transformation de l’autre et, par conséquent du monde. Mais avant de changer l’autre, il faut qu’elle produise une transformation en vous. La rédaction de cette lettre durera peut-être toute une vie. »

g) « L’arrosage sélectif.». L’arrosage des fleurs.

« En poursuivant cet examen approfondi, nous découvrirons que l’autre vit un enfer, et que, par voie de conséquence, il fait souffrir ses proches. Il ne sait pas gérer sa douleur et la transformer. C’est la raison pour laquelle celle-ci ne fait que croître chaque jour. Nous aurions dû aider cette personne. Nous aurions dû pratiquer l’arrosage sélectif. Si nous l’avions fait régulièrement, elle ne serait pas aujourd’hui dans cette situation. »

Nous avons pratiqué l’arrosage des fleurs en duo. Cet exercice peut paraître difficile, surtout avec des personnes qu’on ne connaît pas, mais il se révèle finalement très agréable.

h) Méditation de l’algue

i) « Faire du bonheur une priorité »

« Savourez les merveilles de la vie en vous et autour de vous. Nourrissez-vous en absorbant ls merveilleux éléments curatifs qui vous entourent. C’est la chose la plus importante à faire. »

« Le fait de vivre la souffrance peut nous aider à nourrir notre compassion et à reconnaître le bonheur quand il est là. Si l’on se ‘déconnecte ‘ de sa souffrance, on ne peut pas savoir ce qu’est le vrai bonheur. »

« Nous devrions vivre chaque jour profondément, dans la joie, la paix et la compassion, parce que le temps passe très vite.. … »

Nous avons sans doute parfois pu

4- « Remporter une victoire ». Célébrations

« Après une seule séance de pratique, nous sommes souvent capables de maîtriser notre colère. Nous avons remporté une victoire, pour nous-mêmes et pour nos proches. »

« Grâce à notre Pleine Conscience, nous pouvons également soutenir les autres quand ils sont en difficulté. Quand notre enfant est submergé par une forte émotion, nous pouvons lui prendre la main et lui dire :’Mon cher enfant respire. Inspire et expire avec maman, avec papa’. Nous pouvons également l’inviter à effectuer une marche méditative en notre compagnie, en le prenant gentiment par la main, et nous efforçant de le calmer, à chaque pas. »

Nous avons célébré en grand groupe, nos pratiques pour gérer notre colère, pour la transformer, afin de nous en libérer.

Il nous est aussi arrivé parfois d’aider quelqu’un à gérer sa colère (enfants, élèves…)

Ceux qui le souhaitaient ont eu l’opportunité de faire part de leurs réussites dans la pratique.

TEXTE (anonyme)

Pourquoi crions-nous lorsque nous sommes en colère ?

Un sage hindou, en visite au Gange pour prendre un bain, remarque un groupe de personnes criant les unes après les autres.
Il se tourne alors vers ses disciples, sourit et demande :« Savez-vous pourquoi les gens crient les uns après les autres lorsqu'ils sont en colère ? »
Les disciples réfléchissent pendant un moment et l'un d'eux dit finalement : « C'est parce que nous perdons notre calme. »
« Mais, pourquoi criez-vous quand l'autre personne est juste à côté de vous ?, demande le guide. Vous pourriez tout aussi bien lui dire ce que vous avez à dire d'une manière plus douce. »
Puisqu’aucune des réponses des disciples n'était suffisamment satisfaisante pour le sage, il a finalement expliqué :
« Quand deux personnes sont en colère l'une contre l'autre, leurs cœurs sont séparés par une grande distance. Pour couvrir cette distance, elles doivent crier, sinon elles sont incapables de s'entendre l'une et l'autre. Alors plus elles sont en colère, plus elles auront besoin de crier fort.
« Qu'est-ce qui se passe lorsque deux personnes tombent amoureuses ? Elles ne crient pas l’une après l'autre. Elles se parlent doucement parce que leurs cœurs sont très proches. La distance entre eux est soit inexistante, soit très faible. »
Et le sage continua...
« Quand elles s'aiment encore plus, que se produit-il ? Elles ne se parlent pas, elles chuchotent et ont encore plus de proximité et plus d'amour. Enfin, vient un moment où elles n'ont même plus besoin de chuchoter, elles se regardent seulement et se comprennent. »
Puis il regarda ses disciples et leur dit :
« Ainsi, quand vous discutez les uns avec les autres, ne laissez pas vos cœurs s'éloigner. Ne dites pas de mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez plus le chemin du
retour. »

Exercices à faire à la maison :

1e) Ecrire les trois phrases :

« Vous pourriez écrire ces 3 phrases sur un bout de papier de la taille d’une carte de crédit et le glisser dans votre portefeuille. Il vous rappellera votre engagement mutuel. Il peut vous sauver, aussi, traitez-le avec révérence. »

1-«Je suis en colère, je souffre » (et j’ai besoin que tu le saches)

2-« Je fais de mon mieux »

3-«Je t’en prie aide-moi. »

2e) « Offrez un cadeau lorsque vous êtes en colère »

« Parfois, tous nos efforts pour transformer notre colère semblent voués à l’échec. Dans un cas semblable, le Bouddha conseille d’offrir un cadeau à l’autre. Cela peut sembler puéril, mais c’est très efficace. Quand l’autre vous exaspère, envoyez-lui un présent. Ensuite, votre fureur s’évanouira d’elle-même. C’est très simple, et ça marche à tous les coups. »

Cérémonie de clôture avec notre galet ressource.

Chacun (e) tient son galet dans sa main. On se sent bien là, bien vivant et présent dans l’ici et le maintenant, à la fois à sa place et en lien avec toutes les autres personnes qui sont là. Nous respirons ensemble et nous sourions, en nous reliant à chacune et chacun, et en sentant bien le galet au creux de notre main. Ce sourire et ce galet s’inscrivent dans notre mémoire, et cette image pourra devenir pour nous un lieu de ressourcement et de paix. Puis nous ouvrons les yeux doucement, sourions à nos voisins, leur donnons la main et nous chantons tous ensemble « Le bonheur c’est maintenant »

Nouveau tour de connexion. Retours sur les différents exercices.

A la fin de cette journée nous étions certes un peu fatigués, mais nourris et heureux d’avoir partagé ces moments intenses, parfois douloureux et parfois joyeux.

« PAIX EN SOI. PAIX DANS LE MONDE » Thich Nhat Hanh

Voir les commentaires

Enseignements offerts pendant la retraite francophone, avril 2015 au Village des Pruniers

12 Avril 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Voici les trois enseignements offerts pendant la retraite francophone qui vient de prendre place au Village des Pruniers du 3 au 10 avril. Nous avons eu la joie de savoir que Thay était de retour chez lui le même jour où débutait la retraite. La Terre Mère nous a offert un peu de brouillard les deux premiers jours et ensuite un temps splendide. La nature resplendissait et nous avons tous pu nous réjouir de la présence des uns des autres et de la symphonie du printemps. Environ 650 personnes étaient présentes pour la retraite réparties sur les trois hameaux.

Voir les commentaires

Le vénérable maître zen Thich Nhat Hanh de retour chez lui.

12 Avril 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

     Le vénérable maître zen Thich Nhat Hanh de retour chez lui.

ANNONCE OFFICIELLE SUR LA SANTE DE THAY

Lundi 06 Avril

A tous nos amis du monde entier,

Nous sommes très heureux de vous annoncer que la santé de Thay a continué de s’améliorer au sein d’une équipe de spécialistes dans une clinique à Bordeaux.

Dans la douceur printanière de ces derniers jours, Thay a pu aller dehors et respirer l’air frais, s’asseoir sous un arbre à écouter le chants des oiseaux, boire une tasse de thé et écouter le son de la cloche.

Cette semaine l’équipe medical a donné son accord pour que Thay retourne chez lui, à son hermitage au Village des Pruniers. Nous sommes très reconnaissant pour le travail que l’équipe de l’Hôpital de Bordeaux a offert a Thay durant ces 4 mois et demi.

Thay a exprimé son souhait de revenir chez lui et est arrivé le vendredi 3 Avril à son hermitage alors que les magnifique fleurs de magnolia offraient toute leur splendeur. Nous sommes très heureux que Thay soit de retour chez lui, dans son lieu spirituel où ses disciples attendants continuent de prendre soin de lui 24/24 avec le soutien de docteurs et infirmières.

Nous espérons que dans cet environnement paisible et spirituel qu’est le Village des Pruniers, et avec le soutien d’une thérapie pour le langage et pour les mouvements, les conditions pour guérir son hémiplégie, pour faciliter la déglutition et pour retrouver la parole seront réunies.

Nous voulons vous remercier tous pour l’énergie de soutien et d’amour que vous avez envoyé durant ces derniers mois. La guérison de Thay va prendre du temps donc vous pouvez continuer à envoyer vos prières et votre énergie de compassion et de guérison.

Cela nous a fait très plaisir de vous avoir reçu tous dans nos monastères et centres de pratique en Europe, USA et en Asie durant ces derniers mois, marchant main dans la main sur le chemin de l’Eveil que Thay a ouvert pour nous tous.

Avec confiance,

Les moines et moniales du Village des Pruniers

PS : Sr Giac Nghiem et Sr Dao Nghiem viennent tout juste de revenir du Village des Pruniers où elles étaient pour la retraite francophone. Elles ont eu le grand bonheur de rendre visite à Thay le vendredi 10 avril et de voir la joie de Thay d'être chez lui, de profiter de la beauté des arbres, du jardin qui entoure son hermitage. Thay est revenu le jour même où la retraite francophone débutait. Son jardin a été aménagé de façon à ce qu'il puisse se promener avec la chaise roulante et profiter de la beauté de la Terre Mère.

Voir les commentaires

Enseignements offerts durant la retraite educateurs en Octobre 2014

25 Mars 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Voici les liens pour regarder les enseignements offerts durant la retraite pour éducateurs en Octobre 2014 au Village des Pruniers

Voir les commentaires

Arrêter la course pour m'établir heureux dans le moment présent

24 Mars 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Arrêter la course pour m'établir heureux dans le moment présent
Extrait du livre: "Conversations intimes avec le Bouddha"

Cher Bouddha, certains d'entre nous ont des trajets d'une heure en voiture ou en train pour aller au travail, et la même chose pour en revenir. Et une fois rentrés à la maison, malgré la fatigue, ils doivent encore préparer à manger et faire le ménage. Il faut aussi penser à payer les factures, le loyer ou l'emprunt logement, l'électricité, l'eau, le téléphone, les impôts, etc. Et puis s'ajoutent d'autres problèmes comme la maladie, le chômage, les accidents de la route, etc. Voilà notre vie jour après jour, toujours occupée et constamment sous pression, créant en nous de la peur et de l'anxiété. La plupart d'entre nous vivent leur vie comme une course permanente. Nous nous dépêchons de finir une tâche pour vite passer à la suivante. Une tâche n'est pas finie qu'une autre apparaît, et c'est sans fin. Le pire est que cette course devient une habitude et que nous y sommes attachés : nous ne supportons pas de rester oisifs ; nous remplissons tout notre temps de toutes sortes d'occupations. Cent ans passent en un éclair, comme dans un rêve. Mais je ne veux plus de ce mode de vie. Je veux vivre pleinement et librement chaque instant de ma vie quotidienne. Je veux suivre la pratique que tu nous as enseignée, de m'établir heureux dans le moment présent. Pour cela, je dois m'entraîner à m'arrêter pour être pleinement conscient de ce qui se passe dans le moment présent.

Cher Maître, aujourd'hui nous avons construit des télescopes très puissants que nous avons placés dans l'espace, plusieurs milliers de kilomètres au-dessus de la Terre. Nous avons vu des galaxies et des étoiles distantes de centaines de millions d'années-lumière et nous avons découvert toute la splendeur de notre planète Terre dans un Univers indescriptiblement resplendissant. Notre planète bleue si fraîche et si parfumée est la plus belle planète du système solaire, l'une des plus belles manifestations de l'Univers. Un lac clair, un nuage rose, un sommet de montagne enneigé, une forêt embaumante, un cerf agile..., contribuent tous à l'enjoliver et à la rendre de plus en plus belle chaque jour. Elle engendre la vie de milliers d'espèces, elle les porte, les nourrit, et les protège. Elle est vraiment le Bodhisattva Terre Pure et fraîche, notre mère à nous tous.En regardant profondément, je réalise à quel point j'étais pris dans une course perpétuelle sans jamais l'avoir vraiment appréciée. J'apprends à me réjour de sa présence et de celle de tout l'univers, à goûter la joie de vivre. Dans le passé, j'ai vagabondé comme un enfant prodigue, fuyant le moment présent à la recherche d'un bonheur illusoire dans le futur. En cet instant, je suis éveillé par des enseignements qui m'apprennent à m'établir heureux dans le moment présent. Je reconnais le monde du bonheur qui est juste là, pour moi.

Le monde est plein de trésors.
Je vous offre ce matin
Une poignée de diamants
Qui brillent jour et nuit.
Chaque minute est un joyau
Qui renferme la Terre, l'océan et le Ciel.
Il suffit d'une respiration légère
Pour que tous ces miracles se produisent
Les oiseaux chantent, les pins murmurent et les fleurs s'épanouissent ;
Le ciel bleu et les nuages blancs sont là ;
Le regard brille, plein d'amour ;
Le sourire emplit le coeur.
Toi, la personne la plus riche sur Terre,
Tu erres depuis si longtemps.
Cesse de faire l'enfant prodigue,
Reviens et reçois ton héritage.
Offrons-nous le bonheur.
Vivons pleinement l'instant.
Laissons partir tout ce courant de souffrance
Et choyons la vie au creux de nos mains.

(Poème de Thich Nhat Hanh intitulé Notre véritable héritage, extrait de Une flèche, deux illusions, editions Dangles, 2000)

Arrêter la course pour m'établir heureux dans le moment présent
Voir les commentaires

Question à Thay : Comment je peux me faire confiance?

18 Mars 2015 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Vous pouvez avoir les sous-titres en français en cliquant sur la petite roue en bas de l'image à droite et en selectionnant "subtitles" puis en cliquant sur "french"

Voir les commentaires
1 2 3 > >>