Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Articles récents

Cinquième message retraite d'hiver chez soi 2015-2016

7 Février 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Cinquième message retraite d'hiver chez soi 2015-2016

Avec ce cinquième message de la retraite d'hiver chez soi, nous vous proposons un cheminement pour clore cette étape et mettre en place un « fil rouge » qui pourra vous accompagner tout au long de l'année.

L’accueil du nouvel an lunaire a lieu le 7 février au soir, et le 8 février est le premier jour de l’année lunaire ; nous vous invitons à être en lien avec le Village et la MDI pour trouver des sources de méditation et d'inspiration pour cette nouvelle année : l'année du Singe.

Dans ce message, nous vous proposons d'explorer le contentement : « Samtosha »; une vertu qui est souvent présentée de façon indirecte, transversale dans les enseignements de Thây.

Le contentement, c'est « vivre heureux dans le moment présent », 7 ième des 14 EPC ;

« Nous avons assez »

« Ceci est un moment de bonheur »

« Si nous voulons faire la liste des conditions de bonheur, plusieurs pages ne suffiraient pas » nous dit Thây.

« Mudita est la joie faite de paix et de contentement » Le coeur des enseignements du Bouddha

Nous pouvons trouver le contentement dans des mots voisins ; samtusta, santusta, santosa

Propositions de pratique

1) Contentement dans le corps

- Transformer les sensations neutres en sensations agréables

Nous rejoignons le Soutra des Quatre Etablissements de la Pleine Conscience, nous pouvons y lire que les sensations peuvent être agréables, désagréables ou neutres et Thây nous invite à transformer les sensations neutres en sensations agréables. Les sensations neutres du corps c'est, généralement, le silence du corps, l’inconscience de notre corps, parce qu’il fonctionne tout seul sans qu’on le lui demande. Donner de l'espace à notre corps c’est pouvoir reconnaître les sensations neutres.

Au cours de la méditation, ou à d'autres moments dans la journée, prendre conscience d'une sensation neutre : par exemple « dans mes jambes il y a des sensations neutres » (je ne sens rien ou pas grand-chose, je n’en suis pas vraiment conscient(e)) et se réjouir d'avoir des jambes en bon état, voir que nos jambes sont une des multiples merveilles de notre corps.

2) Le contentement dans l'esprit

Pratiquer l'effort juste

« Quand le moine est en colère, il sait qu'il est en colère, quand le moine n'est pas en colère, il sait qu'il n'est pas en colère » ainsi s'exprime le Bouddha dans «l'observation de la formation mentale dans la formation mentale ».

La colère est souvent perceptible à travers les dégâts qu'elle provoque, mais savons-nous observer les moments où nous ne sommes pas en colère et nourrir les graines de joie et de confiance qui sont en nous ? C'est ce que nous propose la pratique de l'effort juste dans le noble octuple sentier.

La gratitude est un moyen de cultiver le contentement de l'esprit, nous vous proposons de retrouver cette belle pratique de noter le soir dans notre journal ce qui nous a permis d'être en contact avec la gratitude.

Méditer sur le Soutra de Celui qui Connaît l'Art de Vivre Seul ;nous pouvons en lire un court extrait pour nourrir notre méditation

Remarque : Cette distinction entre le corps et l'esprit est commode, mais nous savons qu'en portant notre attention au corps, nous nourrissons notre esprit et que tout ce qui traverse notre esprit s'inscrit dans le corps.

3) Développer Samtosha dans nos engagements en tant qu'écologiste

Vivre heureux dans le moment présent est une qualité qui a besoin d'être développée dans le bouddhisme engagé. S'entraîner à pratiquer l'équanimité est une aide précieuse pour aller dans ce sens.

L'équanimitéUpekhsa- est une porte du contentement « Upeksha possède la qualité de « la sagesse de l'égalité », la capacité de voir chaque personne de la même manière, sans faire de distinction entre soi et autrui » Le coeur des enseignements du Bouddha.

En développant cette vertu, progressivement nous apprenons à calmer notre colère et notre irritation et à pouvoir offrir Samtosha autour de nous.

Pour tous celles et ceux qui se sont engagés dans l'écologie comment pratiquer le contentement ?

Comment trouver l'équilibre entre la volition ; la détermination la plus profonde et la plus noble et cultiver le contentement ?

Parler de « Sobriété heureuse » n'est-elle pas une autre façon de parler du contentement ?

Comment ne pas être emporté par le désespoir ou la colère face à l’ampleur de la tâche qui attend l’écologiste si celui-ci ne sait pas nourrir en lui-même ses graines de joie ?

_________________________________

Septième entraînement (des quatorze entrainements) : S’établir heureux dans le moment présent

Conscients que la vie n’est accessible que dans le moment présent, nous nous engageons à nous entraîner à vivre pleinement chaque instant de notre vie quotidienne. Nous essaierons de ne pas nous perdre dans la dispersion, de ne pas nous laisser emporter par les regrets du passé, les soucis du futur ou l’avidité, la colère et la jalousie du présent. Nous pratiquerons la respiration consciente pour être attentifs à ce qui se passe dans l’ici et le maintenant. Nous sommes déterminés à apprendre l’art de vivre en pleine conscience en touchant les éléments merveilleux, rafraîchissants et porteurs de guérison qui sont en nous et autour de nous, quelle que soit la situation. Ainsi, nous pourrons cultiver les semences de joie, de paix, d’amour et de compréhension en nous-mêmes, afin de faciliter le travail de transformation et de guérison dans notre conscience profonde. Nous sommes conscients que le bonheur dépend principalement de notre attitude mentale et non des conditions extérieures. Nous pouvons vivre heureux dans le moment présent simplement en reconnaissant que nos conditions de bonheur sont déjà plus que suffisantes.

__________________________

Cinquième message retraite d'hiver chez soi 2015-2016

Soutra de celui qui connaît l'art de vivre seul (extraits)

Ainsi ai-je entendu: Un jour, le Bouddha demeurait au monastère d’Anathapindika dans le parc Jeta près de Savatthi. Il fit venir les moines et leur dit: “Moines!”

Et les moines répliquèrent: “Nous sommes là.”

Le Très Honoré dit:

“Je vais vous enseigner ce que signifie ”savoir vivre seul”.
Pour commencer, je vais donner un aperçu de l’enseignement puis je continuerai par une explication détaillée. Moines, écoutez attentivement.”

“Nous écoutons, Très Honoré.”

Le Bouddha enseigna:

“Ne poursuivez pas le passé.
Ne vous perdez pas dans le futur.
Le passé n’est plus.
Le futur n’est pas encore.
Regardez attentivement la vie maintenant.
Le pratiquant demeure stable et libre.

Soyons diligents aujourd’hui, demain il sera trop tard.
La mort vient sans prévenir,
et l’on ne marchande pas avec la mort.

Qui sait demeurer nuit et jour dans la Pleine Conscience est appelé par le Bouddha:

“Celui qui connaît l’art de vivre seul.”

“Moines, qu’entendons-nous par poursuivre le passé?

Lorsque quelqu’un pense à ce qu’étaient son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience dans le passé; lorsqu’il pense ainsi et qu’il commence à s’attacher à ces choses du passé, alors cette personne est entrain de poursuivre le passé.

“Moines, qu’entendons-nous par ne pas poursuivre le passé? Lorsque quelqu’un pense à ce qu’étaient dans le passé son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience, lorsqu’il pense ainsi et qu’il ne commence pas à s’attacher à ces choses du passé, alors cette personne ne poursuit pas le passé.”

“Moines, qu’entendons-nous par se perdre dans le futur?

Lorsque quelqu’un pense à ce que seront son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience dans le futur; lorsqu’il pense ainsi et qu’il commence à s’attacher et à rêver à ces choses qui appartiennent au futur, alors on peut dire qu’il se perd dans le futur.

“Moines, qu’entendons-nous par ne pas se perdre dans le futur? Lorsque quelqu’un pense à ce que seront son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience dans le futur, lorsqu’il pense ainsi et qu’il ne commence pas à s’attacher et à rêver à ces choses qui appartiennent au futur, alors on peut dire qu’il ne se perd pas dans le futur.” “Moines, qu’entendons-nous par être emporté par le présent?

Quand une personne n’apprend rien et ne sait rien de ce qui concerne l’Éveillé, les pratiques de transformation et la communauté, ne connaît rien de ce qui concerne les sages et leurs enseignements ou ne pratique pas ceux-ci, quand cette personne pense: “Ce corps est moi, je suis ce corps, Ces sensations sont moi, je suis ces sensations. Cette perception est moi, je suis cette perception. Ce facteur mental est moi, je suis ce facteur mental. Cette conscience est moi, je suis cette conscience,” alors cette personne est emportée par le présent.

“Moines, qu’entendons-nous par ne pas être emporté par le présent?

Quand une personne apprend et connaît ce qui concerne l’Éveillé, les pratiques de transformation et la communauté, connaît ce qui concerne les sages et leurs enseignements ou pratique ceux-ci, quand une personne ne pense pas:

“Ce corps est à moi, je suis ce corps, Ces sensations sont à moi, je suis ces sensations. Cette perception est à moi, je suis cette perception. Ce facteur mental est à moi, je suis ce facteur mental. Cette conscience est à moi, je suis cette conscience,” alors cette personne n’est pas emportée par le présent.”

“Ainsi, je viens de vous donner un aperçu et des explications sur ce que veut dire Celui qui sait vivre seul.”

Après que le Bouddha eut terminé cet enseignement, les moines furent enchantés de le mettre en pratique.

Cinquième message retraite d'hiver chez soi 2015-2016

Témoignage

J’ai souvent pensé que ma vie n’est pas la mienne, que j’aurai du avoir une autre vie, que ce corps n’est pas celui que j’aurai du avoir, le trouvant trop maigre et mal formé, que les personnes avec qui j’ai grandi, vécu, les personnes que j’ai côtoyées, n’étaient pas non plus les bonnes personnes pour moi…

Je pensais que j’allais me réveiller, tout comme on sort d’un mauvais cauchemar, et qu’on s’aperçoit que ce n’était qu’un rêve.

Je me voyais moche, sale, ne plaisant pas aux autres ; je me voyais incapable de faire quelque chose dans cette vie, je n’avais que des rêves de grandeur irréalisables pour moi, parce que je ne faisais que rêver et surtout je vivais comme « un mort », replié sur moi-même, seul et solitaire.

J’ai nourri ces idées-là presque toute ma vie…

J’ai subi dans l’enfance des violences psychologiques, des violences physiques, à tel point que j’ai développé une attitude psychique particulière pour m’adapter et survivre, notée comme ceci par une institutrice à l’école primaire : « Doux et sensible, présente des troubles du comportement, indifférence apparente à toute chose,…, yeux hagards,… ». Cette institutrice a essayé de me sauver, en vain dirai-je, mais pas tout à fait.

En fait, voilà la première personne qui me convenait et qui comprenait ma douleur ; c’était aussi la première personne qui a apporté une vraie joie dans ma vie, et je me souviens qu’il me tardait de la voir à l’école, et pourtant je détestais l’école !

Si je regarde profondément aujourd’hui tous ces évènements, je vois bien qu’ils m’apportent une nourriture extrêmement riche dans ma pratique de la méditation tous les jours, je vois bien que tout cela a un sens, et sans forcément vouloir revivre ce passé douloureux, je n’en rejette rien du tout, c’est mon compost ; la vie que j’ai eu après l’enfance jusqu’à aujourd’hui, avec toutes ses zones d’ombre, je n’en rejette rien non plus, c’est la boue épaisse qui fait fleurir les lotus parfumés.

J’ai déjà transformé de nombreuses souffrances, et j’ai déjà pu apporter de l’amour à ceux de qui j’étais un souffre-douleur, et je n’en garde aucune trace de haine, de vengeance, ni même une idée de responsabilité quelconque ; seulement c’est ma vie, et ces personnes-là ont été les personnes les plus importantes de ma vie. Très souvent je leur envoie mon cœur avec le son de la cloche d’éveil ; si je suis en paix, je sais que ces personnes seront aussi en paix, parce qu’il y a en moi une continuation spirituelle que je désire belle et profonde.

Je vois bien encore comment j’arrive à me nourrir de tous les moments heureux que j’ai pu avoir pendant cette enfance terrible, je les perçois seulement maintenant, et je les prends de tout mon cœur comme un bienfait inestimable ! Mon cœur est joyeux, même si mon corps meurtri me donne quelques douleurs. Mon cœur est joyeux car il connaît la valeur de l’amour véritable, l’altruisme, surtout aujourd’hui où je me rends compte de tout ce que je peux apporter aux autres Amis, Amies, qui sont dans la souffrance ou la recherche d’un chemin de joie.

J’apprécie à sa juste valeur la fleur d’orchidée dans mon salon, exempte d’identité séparée, j’apprécie beaucoup semer des graines sur le balcon et de les voir germer, ce sont des graines de joie sous la forme de potirons, d’herbes aromatiques, de tomates… que j’offre pour être plantées dans un vrai jardin.

Je vois bien aujourd’hui toutes les qualités de mon épouse, et quand je suis en colère ou quand elle est en colère, nous gardons le silence et ne nous agressons plus comme par le passé ; et parfois, quand la condition se présente je lui dis doucement : « Chérie, tu as de la colère en toi », et cette phrase je la répète pour moi : « J’inspire, et je sais que j’ai de la colère en moi ». Et souvent je me souviens de cette sentence : « Dans trois cents ans, quel visage aurons-nous, que nous ne puissions trouver la paix ? »

Les fortes douleurs chroniques qui m’affectent, je m’en passerai bien évidemment, mais elles sont là constantes et régulières, apparaissant pour moi comme des cloches d’éveil et me ramenant à la pratique de l’amour bienveillant, de la vision profonde, de la patience, de l’inclusivité… je ne maltraite plus mon corps, et je sais qu’il n’est pas trop tard pour en prendre soin. Je ne prends pas de traitement chimique régulier pour ces douleurs, seulement pendant les crises trop fortes, et je peux dire que la pratique de la méditation m’aide beaucoup à vivre ces moments délicats, sans entamer ma joie et mon bonheur. Ces moment-là sont des instants de pratique de la pleine conscience très forts : « J’inspire, je sais que mon corps souffre, j’expire, je vois la nature de non-naissance de mon corps », ou bien « Ce corps, cette douleur, ne sont pas moi, je ne suis pas limité par ce corps, cette douleur ». C’est ma façon de faire, car malgré les crises, je peux respirer avec fraîcheur et m’en réjouir, je peux marcher et faire un premier pas librement… c’est une pratique de longue haleine bien sûr, il faut du temps, et je sais que j’ai beaucoup de temps. La méditation c’est 80% de mon traitement, et ces derniers temps mes crises sont plus « légères », je peux même en avoir plus qu’une sur deux, c’est merveilleux non ?

Lire la suite

Poèmes pour la nouvelle année du singe

5 Février 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Poèmes pour la nouvelle année du singe

Chaque nouvelle année lunaire, Thay nous offre 2 phrases pour pratiquer pendant cette nouvelle année. Nous pouvons les afficher dans différents endroits de notre maison. Pour cette année, la communauté du Village des Pruniers nous offre les phrases suivantes:

Nourrir notre fraternité

Protéger notre Terre Mère

Vous pouvez les imprimer pour les accrocher chez vous.

Une petite explication sur la tradition des poèmes pour la nouvelle année:

Les phrases de pratique sont des versets traditionnellement composés pour l’année lunaire (aussi connu comme « couplet »). Ils sont un cadeau poétique et un rappel à la pratique de la pleine conscience.

Tout comme les autres poèmes de pratique, les couplets peuvent être associés avec notre respiration. Par exemple, nous inspirons lorsque nous contemplons « nourrir notre fraternité », et nous expirons en offrant «Protéger notre Mère Terre».

Ce n’est pas uniquement une déclaration, c’est une réalisation. Nous avons ainsi l’opportunité de toucher la graine de joie qui est déjà présente en nous et de la partager tout autour de nous.

Dans tous nos centres de pratique autour du monde nous imprimons ces calligraphies (en gardant la forme de diamant), nous les collons sur des cartes colorées et les accrochons dans les salles à manger, les salles de méditation, les chambres et un peu partout dans le monastère.

Ces couplets traditionnellement composés au Vietnam et en Chine pour l’année lunaire, étaient calligraphiés sur du papier rouge en caractère chinois ; ils étaient collés sur les portes et même les outils pour apporter de la chance pour l’année à venir.

Les poèmes de Thich Nhat Hanh sont inhabituels car ils sont écrits en français, anglais, vietnamien (plutôt qu’en caractère chinois) et ils contiennent la vision profonde née de la méditation et d’une pratique de pleine conscience que tout le monde peut mettre en pratique immédiatement.

Vous pouvez imprimer ces poèmes et les mettre sur votre réfrigérateur, vos portes, sur le miroir de votre salle de bain ou bien à côté des interrupteurs des lumières. Ils vous aideront à vous souvenir de leur message, et de vous renouveler en les appliquant dans votre vie quotidienne. Vous pouvez être créatif dans votre façon de pratiquer avec ces phrases.

A la Maison de l’Inspir nous mettons toujours les deux diamants comme une paire, proche l’un de l’autre, au dessus, à côté, comme vous le voulez.

Nous espérons que ces tout nouveaux poèmes vous apporterons ainsi qu’à vos bien-aimés, de la fraicheur et de la paix dans cette nouvelle année.

Poèmes pour la nouvelle année du singe
Poèmes pour la nouvelle année du singe
Lire la suite

Photos de la kermesse et préparations de TET

4 Février 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

On joue au lotto.

On joue au lotto.

Confectionner les gâteaux de terre et les gâteaux de lune; mets traditionnels de TET

Confectionner les gâteaux de terre et les gâteaux de lune; mets traditionnels de TET

On se régale avec de delicieux plats à l'interieur et à l'exterieur
On se régale avec de delicieux plats à l'interieur et à l'exterieur
On se régale avec de delicieux plats à l'interieur et à l'exterieur
On se régale avec de delicieux plats à l'interieur et à l'exterieur

On se régale avec de delicieux plats à l'interieur et à l'exterieur

On érige le drapeau de TET.

On érige le drapeau de TET.

On fait cuire les gâteaux au feu de bois. Après...quelle joie de les enlever et de les goûter !On fait cuire les gâteaux au feu de bois. Après...quelle joie de les enlever et de les goûter !
On fait cuire les gâteaux au feu de bois. Après...quelle joie de les enlever et de les goûter !On fait cuire les gâteaux au feu de bois. Après...quelle joie de les enlever et de les goûter !

On fait cuire les gâteaux au feu de bois. Après...quelle joie de les enlever et de les goûter !

Lire la suite

Village des Pruniers

4 Février 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Village des Pruniers

La radio Suisse a fait un reportage sur le Village des Pruniers le 31.12.2015.

Ecoutez-le en cliquant ici.

Est-ce que vous avez déjà vue le nouveau site francophone du Village des Pruniers?

Cliquez ici:

Lire la suite

Quatrième message Retraite d’Hiver 2015/2016

20 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Quatrième message Retraite d’Hiver 2015/2016

Ce petit discours entre Winnie et Porcelet nous invite à la joie de vivre, une joie toute simple remplie de tendresse envers l’être aimé, envers son ami ou amie ; il n’y a rien à rajouter ! Nous sommes « aujourd’hui » tout simplement, et ce jour-là c’est notre jour préféré car c’est le seul jour où nous pouvons être vraiment présents pour ceux qui nous entourent, mais aussi pour notre environnement, notre Terre. Le jour d’hier n’est plus là, et la journée du lendemain n’est pas encore arrivée.

Soigner l’écologiste qui sommeille en nous :

- Dans ce quatrième message nous sommes invités à nous nourrir des évènements porteurs de joie dans notre vie quotidienne, à commencer par notre respiration avec laquelle nous pouvons entrer en contact dès le réveil, avec notre corps physique composé des mêmes éléments que la Terre, notamment l’eau présente au moins à 60%, nos sensations par rapport à notre environnement extérieur, nos amies et amis qui nous entourent, et le plus souvent qui nous aiment, sans que l’on s’en rende compte…

Nous trouverons plus bas une méditation guidée, destinée à nourrir des graines de joie en nous. Nous avons un corps bien vivant et il y a aussi la respiration ; cela est déjà une source de réjouissance, et peut-être ne devons-nous pas attendre que ce corps, cette respiration soient dissolus pour produire de la joie… la joie étant aussi le chemin lui-même (voir cette méditation dans « Propositions de pratique » ci-dessous).

« Chacun d’entre nous peut agir pour protéger notre planète et en prendre soin. Notre manière de vivre doit garantir l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants. Notre manière de vivre sera notre message. » (Ce Monde est tout ce que nous avons - TNH)

Nous vous invitons aussi à revenir à une pratique environnementale à mettre en œuvre chez soi, à la maison, mais aussi au travail ou encore à l’extérieur, dans la vie de tous les jours. Celle-ci concerne nos déchets que nous produisons en masse et rejetons, pour la plus grande part, dans la nature. Nous savons que la Terre accepte tout ce qu’on lui donne sans se plaindre, elle reçoit de la même manière les déchets organiques qui sont nourrissants tout comme elle reçoit aussi les déchets toxiques, polluants, et non dégradables. Pour exemple, certains déchets mettent des années, voire des centaines et même des milliers d’années à se dégrader dans le sol ou dans les océans ; d’autres ne se dégradent pas du tout, étant indigestes pour les bactéries et les champignons. De plus certains plastiques qui se dégradent risquent d’entrer dans notre chaîne alimentaire.

Propositions de pratique :

Voici une pratique d’éveil qui peut être mise en place pour chacun d’entre nous en tant que consommateur :

- apprenons et essayons de produire moins de déchets, notamment les emballages

- essayons d’acheter des produits ou de la nourriture qui ne comportent pas, ou très peu, d’emballages

- essayons de privilégier les emballages vraiment recyclables et biodégradables

Voici, ci-après, pour nous inspirer, deux liens internet fournis par une Amie d’une Sangha en Belgique, cheminant sur la voie du « zéro déchet » ; par sécurité informatique, faire un copier-coller de ces liens internet :

http://alternatives.blog.lemonde.fr/2012/11/25/zero-waste-home-les-johnson-un-couple-deux-enfants-et-zero-dechet-depuis-trois-ans/

http://www.untrucparjour.org/tag/zero-dechet/

Méditation, nourrir les graines de joie

textes inspirés : par l'ouvrage Un lotus s'épanouit

par les pages 62 et suivantes du livre La respiration essentielle

et par le chapitre 5 du livre Enseignement sur l'amour

Inspirant, mon attention bienveillante se porte sur l’inspiration

Expirant, mon attention bienveillante se porte sur l’expiration

Je souris avec bienveillance au souffle qui m’accompagne jour et nuit

Inspir avec bienveillance - Expir avec bienveillance

Inspirant, si l'inspiration devient plus calme, plus douce, j'en suis conscient, consciente

Expirant, si l'expiration ralentit et devient plus profonde, j'en suis conscient, consciente

Inspiration plus douce - Expiration plus profonde

Inspirant, l'attention se porte sur les sensations corporelles,

s'il y a des tensions, j'en suis conscient, consciente

Expirant, j'accueille les éventuelles tensions avec bienveillance

Conscient, consciente des tensions - Bienveillante détente

Inspirant, l'attention se porte sur toutes les sensations corporelles,

qu'elles soient agréables, désagréables ou neutres

Expirant, j’observe comment j’accepte ces sensations et je leur souris avec tendresse

Sensations corporelles - Acceptation inconditionnelle, Bienveillance

Inspirant, que je sache nourrir en moi chaque jour les graines de joie

Expirant, comment ai-je nourri aujourd'hui mes graines de joie ?

Nourrir les graines de joies - Comment l’ai-je fait aujourd’hui ?

Inspirant, je peux visualiser une personne que j’apprécie

Expirant, est-ce que je sais, lors de chaque rencontre, nourrir en elle les graines de joie,

et l'aider à nourrir les graines de joie en elle ?

Une ou des personnes que j’apprécie - Nourrir ses graines de joie

Inspirant, je visualise une personne avec qui les relations ne sont pas faciles

Expirant, est-ce que je sais par-delà les différends, nourrir les graines de joie chez cette personne et l'aider à nourrir les graines de joie en elle ?

Une personne difficile pour moi -

Accepter de reconnaître que ses graines de joie ont besoin d'être nourries

Inspirant, dans l'inter-Être, nourrissant les graines de joie en moi,

je nourris les graines de joie autour de moi

Expirant, que je sache nourrir mes graines de joie

Inspir dans l'Inter-Être - Nourrir mes graines de joie

Témoignages

Noël est passé et ce fut l’occasion de retrouver des membres de ma famille, un grand bonheur.

Mes parents sont désormais âgés : 81 et 86 ans et mon papa fatigue vite. Il ne parle quasiment pas tandis que maman parle pour deux. Ma maman voulait aller à la messe le 25 décembre, mais cela n’a pas été possible pour différentes raisons, aussi je les ai amenés à celle du 26 décembre. Messe dite de la Sainte Famille. Je vais à la messe pour accompagner ma maman qui est croyante et pratiquante catholique : mes racines spirituelles. Je sais que cela lui fait plaisir et je crois qu’à mon père aussi. Je n’ai jamais su s’il y va lui aussi par conviction ou pour accompagner sa femme chérie : car mes parents s’aiment. C’est une chance je crois d’avoir des parents qui s’aiment.

Je les ai donc accompagnés à la messe de 18h.

Je suis restée intérieurement un peu en retrait, même si j’ai vu que les graines ont été largement arrosées car je connais les textes par cœur : je les écoute à l’extérieur et à l’intérieur de moi.

C’était à l’église St Serin de Lyon, à la sortie du tunnel de la Croix Rousse où je n’étais jamais allée car je ne pratique plus, bien qu’ayant été très pratiquante jusqu’à mon adolescence : « une grenouille de bénitier » comme on dit. Et puis la déception liée à des comportements individuels qui manquaient de congruence, m’a fait m’éloigner.

Et voici que le prêtre nous demande : « qui vient pour la première fois dans la communauté ? ». Nous levons la main avec ma mère (mon père est trop timide pour cela) et il nous invite à venir le rejoindre avec une 3ème personne. Etonnées nous y allons et là il nous propose de nous présenter à la communauté : nous sommes accueillis !

Surprise et touchée je suis.

La messe se déroule en chantant. C’est un prêtre chanteur. Et derrière nous il y a un homme qui chante de tout son cœur, et bien, en plus. La communauté chante.

Et voici le temps de la communion.

Le prêtre invite toutes les personnes présentes (nous ne sommes pas très nombreux, mais quand même) à le rejoindre autour de l’autel. Puis il offre la communion à chacune et chacun, moi, y compris. Grande émotion que ce moment de communion. Je n’avais pas communié depuis ???? Ne me l’autorisant pas puisque ne pratiquant plus. Et cet homme, ce prêtre ne me demande rien et me donne la communion, inconditionnellement.

Cela m’a profondément touché. Cet homme était empli d’amour. Toute sa messe était emplie d’amour. Un amour simple, dans l’ouverture du cœur.

Cette messe est dans mon cœur et vient mettre du baume sur mes blessures passées.

Cet espace d’inter-être offert par ce prêtre dans une grande simplicité m’a inspirée.

Une invitation à approfondir ce temps de communion.

Bonne Année nouvelle à chacune et chacun dans l’amour et la paix en soi et autour de nous.

--------------------------------

Un jour mon fils m’a dit ceci : « Papa, je voulais suivre une grande école pour faire un métier concernant l’environnement, mais j’ai échoué dans mes études et maintenant je sais que je ne peux rien faire de plus… je dois suivre une autre voie, bien loin de tout ce qui touche à la planète».

Je lui ai répondu que pour prendre soin de la planète, s’occuper de l’environnement, il n’y a pas forcément besoin de suivre une grande école ; et je lui ai dit qu’il peut le faire dès maintenant, dans sa vie de tous les jours car l’environnement fait partie intégrante de la vie. Je lui ai dit aussi : « Si tu fais attention à ta consommation et donc à ce que tu rejettes dans la nature, tu prends déjà soin de l’environnement ».

Quatrième message Retraite d’Hiver 2015/2016
Lire la suite

Invitation aux festivités du Nouvel An Vietnamien ‘TÊT’

18 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Invitation  aux festivités du Nouvel An Vietnamien ‘TÊT’

Suivant la tradition du Village des Pruniers, un mois après le nouvel an occidental nous fêtons le ‘Têt’. Le changement de l’année lunaire est une occasion de nous retrouver en famille ; à la fois la famille génétique et la famille spirituelle, d’être joyeusement ensemble.

Les sœurs de la Maison de l’Inspir vont célébrer la fête du Têt ici, à la Maison de l’Inspir et elles comptent sur votre présence!

Voilà les programmes :

Samedi 30 janvier :

Dès 10.00 heure le matin, nous aurons l’occasion de confectionner tous ensemble les mets traditionnels de têt : les gâteaux de la terre et les gâteaux du ciel. Nous ferons cuire les gâteaux pendant 12 heures sur un feu de bois. En attendant que les gâteaux soient cuits, nous nous rassemblerons pour chanter ensemble l’après-midi.

Le 30 janvier aussi, une kermesse sera organisée au profit de la Maison de l’Inspir*. Il y aura une vente de plantes fleuries et de plats traditionnels Vietnamiens ainsi que de plats français (crêpes, desserts, …..) . Donc pas besoin d’apporter votre propre nourriture; vous pouvez l’acheter avec des tickets.

*Nous avons l’intention de faire niveler et drainer la partie du jardin qui est derrière la maison. La terre, argile pur, garde l’eau dangereusement pour la sécurité de la Maison. Nous en ferons un beau jardin pour tous.

Dimanche 31 janvier

Il y aura une Journée de Pleine Conscience. Avant la marche méditative, nous érigerons le drapeau de protection de notre Maison.

Dimanche 7 février

Nous vous accueillerons à partir de 14.30. (il n’y aura donc pas de journée de pleine conscience à partir de 10.00).

15.00 Enseignement de Thay sur 2 poèmes vietnamiens

17.00 Cérémonie d’accueil de l’année nouvelle :

18.45 Dîner

20.00 Spectacles.

Lundi 8 février

Le premier jour de l’année du singe !

10.30 Cérémonie de la présentation de nos vœux à notre maitre et à notre sœur Abbesse.

10.45 Oracles

Lors de ces festivités au ‘Village des Prunier’, notre maitre, le vénérable Thich Nhat Hanh, nous offre la lecture d’oracles spirituels, tradition que nous gardons à la Maison de l’Inspir : C’est l’occasion de recevoir des conseils pour notre pratique spirituelle à partir de courts poèmes : extraits de l’œuvre ‘Kiêu’ du poète Nguyên Du et de l’œuvre ‘les Contemplations’ de Victor Hugo

13.00 Déjeuner

Visite des chambres des sœurs pour présenter des vœux pour l’année 2016. Occasion unique pendant l’année !

Nous souhaiterons vivement vous accueillir pour célébrer ensemble la nouvelle année du singe !

Voici quelques photo's de Têt aux Village de Pruniers pour vous donner un petit goût:

marchée de fleurs

marchée de fleurs

confection de gateaux de terre

confection de gateaux de terre

faire cuire les gateaux sur un feu de bois

faire cuire les gateaux sur un feu de bois

vente des mets traditionels vietnamiens (connaissez-vous la 2ème soeurr a droite?)

vente des mets traditionels vietnamiens (connaissez-vous la 2ème soeurr a droite?)

Lire la suite

Thay est revenu au Village des Pruniers

8 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Thay est revenu au Village des Pruniers

Communauté Bouddhique Zen

Village des Pruniers

Annonce Officielle

A tous les Centres de Pratique du Village des Pruniers

A tous les Centres de Pratique et les Sanghas tout autour du monde

A tous nos chers Amis Bien-aimés,

Village des Pruniers

8 Janvier 2016

Au tout début de cette nouvelle Année, Thay nous a très clairement fait comprendre son souhait de revenir au Village des Pruniers, dans son ermitage en France. Thay est satisfait des progrès qu’il a fait jusqu’à présent, grâce aux soins extraordinaires et à l’attention des médecins à l’UCSF, ainsi qu'à ceux des nombreux thérapeutes qui se sont occupés de lui durant les derniers six mois. Thay nous a exprimé qu’il souhaitait rentrer chez lui afin de pouvoir bénéficier de l’énergie collective de guérison ici et être avec sa famille du Village des Pruniers. L’équipe des assistants continueront à s’occuper de notre Maitre 24h sur 24h et à trouver les thérapies les plus appropriées.

Les médecins ont accepté la décision de Thay et nous ont confirmé que Thay pourrait faire le voyage sans risque et nous sommes très heureux de vous annoncer que Thay est arrivé à l’aéroport de Bergerac cette après-midi (Vendredi 8 janvier) et qu’il est rentré à son ermitage au Village des Pruniers, accueilli chaleureusement par les chansons et les sourires de ses disciples monastiques.

Nous sommes profondément reconnaissants pour tout le soutien et les donations bienveillantes qui ont été offertes à Thay et à ses assistants tout au long de leur séjour à San Francisco. La bonté aimante de la grande sangha a permis à Thay de faire de grand progrès sur son chemin de guérison, et il rentre au Village des Pruniers revigoré et plein de joie.

Thay s’est joint à ses assistants pour les célébrations joyeuses de la veillée du nouvel an, souriant et fredonnant avec eux. Thay, dernièrement écoutait des enregistrements de sa propre voix lisant ses poèmes préférés. Nous sommes tous heureux de faire confiance à l'intuition de Thay de revenir au Village des Pruniers. Dans les prochaines semaines nous allons célébrer le nouvel an lunaire, le festival des jonquilles, les cérémonies des grandes ordinations et nous ressentons beaucoup de bonheur de savoir que Thay pourra se réjouir de ces célébrations avec nous.

Nous continuons à pratiquer ensemble pour prendre soin de notre maitre, prendre soin de nous-mêmes, et prendre soin du moment présent ; en faisant cela nous pouvons ainsi nous assurer un futur brillant qui contient l’amour de la communauté et la fraternité. Nous sommes profondément reconnaissants pour l’énergie de soutien des uns et des autres pour notre maitre, et nous vous invitons à continuer à faire cela alors que nous tournons cette nouvelle page.

Avec amour et gratitude,

Les moines et moniales du Village des Pruniers

Lire la suite

les enseignants heureux changent le monde

6 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Vidéo réalisée lors d'une retraite éducation à Toronto

Un documentaire qui montre ce qui se passe lors de nos retraites de pleine conscience pour éducateurs. Merci de la partager pour nous aider à atteindre le plus d’enseignants possible - à tous les niveaux, mondialement - afin que la pleine conscience, la concentration et la vue profonde permettant de prendre soin des émotions perturbatrices soient disponibles dans toutes les classes. Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde, pour que les enfants et étudiants d'aujourd'hui et de demain deviennent présents, responsables, empathiques et heureux citoyens actifs de notre communauté globale.

Lire la suite

Maison de l'Inspir fermée 2 jours

5 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Chers amis,

Après les préparations pour Noël (faire et distribuer des nems) et après avoir passée des très beaux jours avec nos amis pour Noël et Nouvel An , la Maison de l'Inspir sera fermée pour 2 jours. Nous demandons votre permission de prendre 2 jours de repos pour nourrir en nous les joies de la vie monastique et le fraternité entre sœurs. Donc nous ne pouvons pas vous accueillir le jeudi et vendredi prochains. Nous ouvrirons de nouveau nos portes le samedi 10 janvier pour la récitation des 5 et 14 entrainements a 10 heure.

Une fleur de lotus pour vous,

les soeurs de la Maisons de l'Inspir.

Maison de l'Inspir fermée 2 jours
Lire la suite

Troisième Message Retraite d'Hiver 2015-2016

4 Janvier 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Troisième Message Retraite d’Hiver 2015/2016

 

Qu'en cette période d'échange de cadeaux, nous sachions recevoir tout autant qu'offrir !

La fin d'année est une période de rencontres et de bonnes résolutions. Nous pouvons en profiter pour renforcer nos liens dans nos familles et aussi renouer les liens distendus après un moment d'éloignement ou de difficultés relationnelles avec nos proches ou nos amis.

Parmi les pratiques proposées par le Village lors du passage à la nouvelle année, nous aimerions vous inviter à partager celles de la méditation de l'amour bienveillant ou metta-méditation et celle du Nouveau départ.

 

1) Pratique de la méditation de l'amour bienveillant ou Metta-méditation

Cette méditation peut être faite dans beaucoup de circonstances ; nous pouvons la proposer en sangha ou la pratiquer seul, seule :

- intégralement, mais cela risque d'être un peu long

- en plusieurs étapes en s'inspirant de la façon dont Thây la présente dans l'ouvrage Enseignements sur l'amour ; c'est ainsi qu'elle est présentée ci-dessous, paragraphe : Metta-Méditation

- en se focalisant sur un point particulier, par exemple :

«Puissé-je savoir comment nourrir les graines de joie en moi chaque jour ».

Nous pouvons être dans cette intention de méditation à tout moment de notre vie quotidienne :

- choisir une proposition et observer comment nous pouvons l'appliquer très concrètement ; par exemple, chaque fois que nous saluons une personne, nous pouvons nous dire mentalement : « sois heureux, heureuse, et en paix », ceci quels que soient les sentiments que nous éprouvons à son égard…

tout en gardant la conscience de notre corps et de notre respiration.

- Prenons-nous le temps d'être bien ancré, bien présent?

- C'est l'occasion d'être créatif, comment faire avec chacun des neufs aspects de cette méditation proposée par Thây ? Nous pouvons partager nos idées avec la Sangha qui nous aidera à développer notre compréhension.

 

2) Pratique de Nouveau départ

C'est un très vaste et délicat sujet, aussi dans ce message, nous nous limiterons à proposer des pratiques qui vont préparer notre esprit et commencer à mettre en place un processus de transformation de nos schémas de pensées afin de pouvoir pratiquer le Nouveau départ dans de bonnes conditions.

La transformation de nos processus mentaux demande patience et bienveillance envers nous-mêmes. C'est comme tracer un nouveau chemin en forêt ; au début si nous ne venons pas régulièrement, les broussailles vont se réinstaller et lorsque le chemin aura belle allure, il faudra encore revenir régulièrement pour le maintenir en état. Nos circuits neuronaux fonctionnent de cette façon.

Nous vous proposons de lire et de pratiquer les Touchers de la Terre, avant ou après une méditation silencieuse, du livre Conversations intimes avec le Bouddha, concernant plus particulièrement le Nouveau Départ ; c’est encore mieux si nous écoutons le CD associé à ce livre :

- 6 Apprendre la parole juste et le silence page 90

- 9 Exprimer la gratitude page 97

- 10 Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ page 101

(Pour ceux qui n’ont pas ce livre, voir ci-dessous ce toucher de la terre)

Conversations Intimes avec le Bouddha (extrait)

Guérir les blessures du passé par la pratique du nouveau départ

Cher Bouddha, le passé a laissé des blessures dans mon corps et dans mon esprit. Alors que je m’établis dans le moment présent, corps et esprit unifiés, je peux toujours rester en contact avec mon passé. Les erreurs que j’ai commises et la souffrance que j’ai causée dans le passé sont encore gravées en moi. Je peux les reconnaître, leur sourire. A partir de maintenant, je fais le vœu d’être plus habile pour ne pas penser, parler ou me comporter comme par le passé, afin d’éviter de commettre de nouvelles erreurs.

Noble Maître, tu as enseigné que tout vient de l’esprit. Les erreurs sont créées par l’esprit, mais elles sont aussi transformées par lui. Dès que je peux reconnaître en moi les marques laissées par la souffrance ou les erreurs du passé, et à chaque fois que je fais le vœu de ne pas répéter cette souffrance et ces erreurs-là, les blessures en moi commencent à guérir.

Toutes les erreurs viennent de l’esprit.

Une fois l’esprit purifié,

Où trouver une trace d’erreur ?

Après un nouveau départ,

Mon cœur est léger comme les nuages blancs

Qui depuis toujours flottent en liberté.

Silence pendant quelques respirations

De tout mon cœur, je touche la Terre devant le Vénérable Ahimsa qui s’est complètement transformé après son nouveau départ et est devenu le Maître de la Non-Violence.

Un son de cloche et on touche la terre pendant 3 respirations au moins

De tout mon cœur, je touche la Terre devant le Bodhisattva de la Détermination du Nouveau Départ.

Un son de cloche et on touche la terre pendant 3 respirations au moins

 

Metta méditation (Amour bienveillant)

L'amour de soi (Enseignements sur l'amour ch3)

 

Que je sois heureux et en paix léger de corps et d'esprit

Qu'il/elle soit heureux et en paix léger de corps et d'esprit

Qu'ils soient heureux et en paix léger de corps et d'esprit

 

Que je sois en sécurité et à l'abri des accidents

Qu'il/elle soit en sécurité et à l'abri des accidents

Qu'ils soient en sécurité et à l'abri des accidents

 

Que je sois libéré de la colère, des afflictions, de la peur et de l'anxiété

Qu'il/elle soit libéré de la colère, des afflictions, de la peur et de l'anxiété

Qu'ils soient libérés de la colère, des afflictions, de la peur et de l'anxiété

Amour et compréhension (Enseignements sur l'amour ch4)

Puissé-je apprendre à me regarder avec les yeux de la compréhension et de l'amour

Puisse-t-il/elle apprendre à se regarder avec les yeux de la compréhension et de l'amour

Puissent-ils apprendre à se regarder avec les yeux de la compréhension et de l'amour

 

Puissé-je reconnaître et toucher les graines de joie et de bonheur en moi-même

Puisse-t-il/elle reconnaître et toucher les graines de joie et de bonheur en lui/elle-même

Puissent-ils reconnaître et toucher les graines de joie et de bonheur en eux-mêmes

 

Puissé-je identifier et voir les sources de colère, d'attachement et d'illusion en moi-même

Puisse-il/elle identifier et voir les sources de colère, d'attachement et d'illusion en lui/elle-même

Puissent-ils identifier et voir les sources de colère, d'attachement et d'illusion en eux-mêmes

Nourrir le bonheur (Enseignements sur l'amour ch5)

Puissé-je savoir comment nourrir les graines de joie en moi chaque jour

Puisse-il/elle savoir comment nourrir les graines de joie en lui/elle chaque jour

Puissent-ils savoir comment nourrir les graines de joie en eux chaque jour

 

Puissé-je vivre avec fraîcheur, solidité et liberté

Puisse-il/elle vivre avec fraîcheur, solidité et liberté

Puissent-ils vivre avec fraîcheur, solidité et liberté

 

Puissé-je me libérer de l'attachement et de l'aversion, sans tomber dans l'indifférence

Puisse-il/elle se libérer de l'attachement et de l'aversion, sans tomber dans l'indifférence

Puissent-ils se libérer de l'attachement et de l'aversion, sans tomber dans l'indifférence

 

Témoignage

"Depuis plusieurs années la mémoire de mon épouse lui joue des tours. Cela va en s'aggravant. Elle en a bien conscience, d'autant que sa mère a souffert d'un ramollissement du cerveau, comme cela s'appelait à l'époque, et que ses deux sœurs aînées ont eu elles aussi le même problème.
J'ai beaucoup de compassion pour elle. Ce qui la dérange en premier lieu, c'est le calendrier (jours et dates), et puis la mémoire récente. Il lui arrive de me poser la même question trois ou cinq fois à quelques minutes d'intervalle. Au début, quoique répétant ma réponse, je trouvais cela fatiguant et irritant. Je me suis rapidement souvenu du quatrième entraînement à la pleine conscience "Regard profond et parole aimante".
Je pratique donc l'arrêt, à chaque fois qu'elle me repose la même question, et je respire en pleine conscience. Ceci me permet de lui répondre en douceur, sans énervement, et lorsqu'il lui arrive de s’effondrer en larmes dans mes bras, je lui propose de pratiquer la méditation de l'étreinte, et de revenir ainsi au moment présent. Elle se préoccupe beaucoup de son devenir, et aussi du mien, lorsqu’elle me dit :"Tu ne mérites pas cela". Je lui parle gentiment, avec des propos positifs, essaie de minimiser ses erreurs et ses oublis, lui rappelle ce dont elle s'est souvenue récemment et en même temps de lui apporter de la joie, avec un accent d'humour dans mes paroles.
Comme elle a besoin de plus en plus de ma présence à ses côtés, il y a certaines de mes activités que j'ai supprimées. Comme nous l'a enseigné si bien Thây "aimer c'est être présent, offrir notre énergie de compréhension de compassion et d'amour". Je pense également à prendre soin de moi, à m'aimer moi-même, car si je prends soin de moi, je prends soin d'elle.
Le soir, avant de m'endormir, je remercie l'univers d'avoir passé une bonne journée en compagnie de tous les êtres vivants que j'ai rencontrés, de toute la nature, et en compagnie de ma femme, toujours vivante à mes côtés. Il m'arrive de me réveiller la nuit: je suis à son "écoute", mais parfois des pensées négatives me traversent l'esprit. Je m'efforce alors de reconnaître leur présence, faire émerger la pleine conscience et de penser "aux petits bonheurs" que j'ai pu savourer avec mon épouse dans la journée.
Nous nous efforçons mon épouse et moi de trouver des bonnes solutions pour améliorer notre quotidien, tout en vivant au mieux le moment présent. C'est une question d'état d'esprit. Je me remémore souvent les paroles de notre cher Thây lors de l'enseignement qu'il nous a offert le premier jour de notre première retraite au village: "Dans le bouddhisme, on parle souvent de la souffrance... et bien moi je vais vous parler du bonheur".
"Il n'y a pas de chemin qui conduit au bonheur, le bonheur c'est le chemin".

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>