Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 La Maison de l'Inspir

Articles récents

Une rose pour nos parents

22 Août 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Une rose pour nos parents

Le 4 septembre prochain, nous allons célébrer la fête de la rose, c'est à dire la fête de l'amour et de la gratitude pour nos parents. Au programme : à 10h, un enseignement de Soeur Giac Nghiêm, à 11h la cérémonie des roses, suivie d'un déjeuner pique-nique, et vers 15h une célébration avec partage de chansons, histoires, poèmes... sur le thème de l'amour entre enfants et parents.

Nous vous invitons déjà à préparer quelque chose que vous aimeriez partager pour cette après-midi ensemble, pour renouer, honorer, renouveler la relation si profonde qui nous lie à notre père et notre mère. Vous pouvez cuisiner un des plats préférés (végétarien / vegan, comme d'hab !) de votre famille. Vous pouvez prendre un moment pour écrire une lettre d'amour, y compris à un grand-père ou une grand-mère, y compris si cette personne qui vous a transmis quelque chose de sa vie est déjà décédée. La Maison de l'Inspir sera décorée de façon que nous aurons un espace pour exposer vos cartes, lettres, dessins dédiés et bien sûr ceux et celles d'entre vous qui le souhaitent pourrons lire leur lettre à voix haute pour la Sangha.

Nous aurons aussi l'occasion de redécouvrir le texte poétique de Thay, Une rose pour votre poche. C'est vraiment une journée de joie et de guérison que nous pouvons vivre, nous espérons que vous serez inspirés pour venir pratiquer avec nous et arroser de bonnes graines, écrire un beau passé. Les jeunes enfants sont attendus avec plaisir !

Lire la suite

La cuisine de la Sangha

18 Août 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Salade de pommes de terre vegan

Salade de pommes de terre vegan

Vous avez faim ?

Le Bouddha et nos ancêtres spirituels nous invitent à accorder une pause à notre ordinateur, à réinvestir notre cuisine pour la transformer en salle de méditation conviviale et à déguster en pleine conscience des plats végétaliens merveilleux, savoureux et sains ! Si le cœur vous en dit, nous serons ravies de partager les recettes des salades, gratins, ragoûts de légumes... et desserts vegans que vous apportez régulièrement dans les journées à la Maison de l'Inspir ou bien dans vos soirées de Sangha locale. N'hésitez pas à nous envoyer un email (si possible avec une photo de votre plat) !

Voici déjà deux premières recettes dont nous avons profité dimanche dernier :

Salade de pommes de terre vegan :

Après avoir cuit 400g de pommes de terre (à l'eau) et laissé refroidir, les mélanger avec le mélange suivant:1 gousse d'ail hachée+2 Cuillères à Soupe d'huile d'olive+3 cs de basilic haché+3 cs de noix de coco râpé+4 cs de crême de soja+1 cs de graines de sésame+sel et poivre

La cuisine de la Sangha

Gâteau adaptable à toutes les préférences (!) :

Préchauffer le four à 180 degrés (thermostat 6)

Dans un saladier, mélanger au fur et à mesure :

400g de tofu soyeux,

2 cuillers à soupe d’huile

200g de sucre

200g de farine

2 sachets de levure

Ajouter votre « variante », comme par exemple :

Pomme cannelle = 2 petites pommes et une cuiller à café de cannelle

Fleur d’oranger amande = 2 cuillers à soupe de fleur d’oranger et quelques amandes

Poire chocolat = 1 poire et une demi-tablette de chocolat noir

Banane = 2 grosses bananes en morceaux

Energie = quelques dattes, abricots secs, amandes, noix, raisins secs, et cannelle en poudre

(Ou…)

Mettre votre préparation dans un plat type cake huilé. Cuire au four 45 minutes (pour four traditionnel)

Laisser refroidir après démoulage, et saupoudrer de sucre glace

Déguster !

Lire la suite

Léon l'écureuil

17 Août 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Frère Phap Thê (Frère Promesse)

Frère Phap Thê (Frère Promesse)

Chère Sangha, depuis des temps ancestraux, les contes et histoires nous connectent à la vie spirituelle et nous font progresser sur le chemin de la compréhension et de la compassion. Beaucoup d'entre vous avez déjà eu la chance de lire l'ouvrage de Sr Giac Nghiem, 4 Contes pour retrouver l'enfant intérieur, récemment publié chez Eyrolles. Nous vous proposons aujourd'hui de découvrir l'histoire suivante imaginée par notre Frère Phap Thê qui vit actuellement au monastère des Falaises Bleues près de New York.

Lire la suite

Enseignement de soeur Chan Khong

6 Août 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Enseignement de soeur Chan Khong

Voici le lien pour l'enseignement de sr Chan Khong pendant la retraite d'ete au Village des Pruniers:

Partie 1

Partie 2

Lire la suite

Partage sur la compassion de Sr Hài Nghiêm

30 Juillet 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Partage sur la compassion de Sr Hài Nghiêm

Dimanche dernier, Sr Hài Nghiêm a partagé ses expériences de pratique de la compassion pour les amis de la Maison de l'Inspir. Voici les liens pour les vidéos (4 parties).

méditation guidée

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Et puis voilà le récit écrit du voyage en train qu'elle évoque dans son partage.

Partage sur la compassion de Sr Hài Nghiêm

(…) nous partons vers le cloître des Jacobins, en passant devant les belles librairies Ombres Blanches et en parlant des concerts de musique de Bach. Et, nous voilà à la porte de l’église, j’entends des chants et je suppose tout de suite qu’il s’agit d’un enregistrement. Surprise merveilleuse, divine, au moment où l’employé municipal nous tient la porte : il s’agit d’une messe et des dizaines de moines et nonnes dominicains sont en train de chanter. Ah, que c’est beau, que c’est bon, que c’est pénétrant et guérissant !! Le temps est bel et bien arrêté au présent, Simone et moi n’avons que l’envie d’aller nous asseoir pour écouter… et regarder aussi, je suis fascinée par cette communauté monastique, la voix du prêtre qui officie (je n’entends même pas vraiment le contenu de ce qu’il raconte), les déplacements des Frères avec les bougies et l’encensoir, et particulièrement, comment les moines autour de l’autel joignent les paumes, lèvent les mains face au ciel ou tournées vers les offrandes, l’eucharistie. Il y a la Sœur (de la Communauté de l’Agneau) en bleu que j’ai vue au Capitole, avec une autre, et le reste sont des dominicains, plus de moines que de nonnes, et un certain nombre d’entre eux sont étrangers : africains, espagnols… clairement plein de racines sont en train de s’abreuver en moi. Et l’église est splendide, même quand j’ai conscience de la souffrance énorme qu’a dû impliquer sa construction – là je repense au dépliant qui dit comment la conversion des Cathares de la région s’est faite par le dialogue et la compassion. Je n’y crois pas et pourtant au cours de ces minutes dans la messe, et ensuite en admirant le cloître, le réfectoire, les arches, je me sens entièrement et chrétienne, et catholique.

Je suis sûre que cette reliance, cette religion vibre d’autant plus en moi hier matin que j’ai lu Mère Teresa tous ces derniers jours, et la bande dessinée de Benoît Marchon sur Marie, mère de Jésus. Je n’ai pas reçu la communion dans la forme (je ne suis pas baptisée et c’est peut-être un tout petit regret) mais alors que mon périple continue, que je prends le train et regarde avec amour toutes les personnes, les bénissant comme je m’y entraîne depuis quelques années ; alors que je patiente à Bordeaux à proximité d’une autre Sœur catholique et de gens de tous âges, de tous pays, de toutes confessions et de toutes classes sociales, alors que je me connecte aussi à la nature de Bouddha, la sainteté évidente des jeunes militaires qui portent leur mitraillette en patrouillant en gare, je ne me pose pas la question : je suis avec Jésus, avec Gautama Bouddha, avec les grands êtres qui insufflent l’espoir aux humains.

Partage sur la compassion de Sr Hài Nghiêm

Oh, comme j’aurais voulu pleurer ou rencontrer le cœur de cet adolescent assis devant moi dans le train vers Bordeaux ! Il a allumé son ordinateur, son fond d’écran était une photo d’avion militaire vrombissant et j’ai commencé à m’inquiéter. Et puis il a ouvert un jeu vidéo de guerre, mais qui n’avait aucunement l’air d’un jeu, qui devait être la copie conforme de tous les outils technologiques et stratégiques utilisés par les armées les plus modernes dans le monde en cet instant-même. Plus fort encore, l’écran étant principalement noir, comme si le « jeu » était d’aller bombarder et détruire en pleine nuit, de ma place je voyais le visage reflété du jeune homme avec son casque sur les oreilles exactement comme un pilote de guerre. Surtout je voyais ses yeux : des yeux d’enfant, pleins d’innocence et d’intelligence, des yeux qui semblent si prêts à se comprendre et s’aimer soi-même pour déverser le même amour au monde, mais des yeux où finalement brillent une peur et une colère… évidemment ?!?

Et je vois que ce garçon a quoi, quinze ou seize ans, qu’il est normal c’est-à-dire que presque tous ses copains doivent jouer comme lui. Quelle proportion de ces générations joue comme lui, flippe comme lui, et nous conduit à l’horreur parce que nous avons semé ce cauchemar ?? Ce n’est pas terminé parce que derrière lui, toujours à portée de ma vue, sa sœur a aussi son ordinateur allumé : elle est en train de regarder un film américain dont je n’attrape que quelques sous-titres (bien sûr qu’elle a le son dans les écouteurs et qu’elle a dû s’extraire de la réalité du paysage agricole qui défile à côté, parsemé de superbes bouts de forêt, et des visages extraordinaires des autres passagers du train). Je saisis que c’est une série qui se déroule dans une prison pour femmes ; je réalise que les actrices qui ont l’air déjà bien perdues dans la vie ne sont sans doute pas aussi abîmées et amochées que les vraies détenues qui peuplent les USA. Les quelques phrases que je choppe des sous-titres finissent de dresser le tableau gravissime, extrême de cet échantillon familial dans le train des vacances : injures, pornographie, violence morale et physique.

Eh bien tout ce qui me reste à faire à ce moment-là, et c’est simplement merveilleux, c’est de fermer un peu les yeux, et puis je respire et je chante intérieurement l’invocation du bodhisattva Avalokiteshvara. Je chante, et je reste doucement avec mon désespoir. Je me sens forte et fortunée, infiniment. Je sais que c’est un autre réveil que je viens de vivre et qu’il ne va pas falloir oublier ce que j’ai vu.

Partage sur la compassion de Sr Hài Nghiêm
Lire la suite

Pour les enfants: Rahula, le fils du Bouddha

27 Juillet 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Pour les enfants: Rahula, le fils du Bouddha

Voici le lien pour l'enseignement pour les enfants donné par sr Giac Nghiem le 28 juillet, sur Rahula, le fils du Bouddha.

Lire la suite

Enseignement sr Giac Nghiem: Qui est là?

24 Juillet 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Voici le lien de l'enseignement de sr Giac Nghiem le 18 juillet pendant la Retraite d'Eté au Village des Pruniers sur le thème de l'interêtre: Qui est là?

Sr Giac Nghiem nous parle du camp de réfugiés à Calais ou se trouvent une église et une mosquée.Sr Giac Nghiem nous parle du camp de réfugiés à Calais ou se trouvent une église et une mosquée.

Sr Giac Nghiem nous parle du camp de réfugiés à Calais ou se trouvent une église et une mosquée.

Lire la suite

Apaiser l'esprit face à la violence

22 Juillet 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

 Apaiser l'esprit face à la violence

Chère Sangha, depuis quelques semaines seulement ce nouveau livre de Thay est disponible dans les librairies. Si vous étiez au Village des Pruniers avant juillet, vous l'aurez peut-être cherché mais il ne s'y trouvait pas encore ! Vous avez aussi peut-être lu l'extrait publié dans un numéro récent du magazine Regard Bouddhiste. Bonne lecture !

Dans ce livre, le maître zen Thich Nhat Hanh explique comment trouver la véritable sécurité à une époque où règne la terreur. Avec une sagesse toute simple, il montre comment nous pouvons transformer et éradiquer le terrorisme par la pratique de la compassion, de l'écoute profonde et de la communication en pleine conscience. Ce livre offre des enseignements essentiels pour guérir les incompréhensions qui nous divisent. Avec l'empathie et la sagesse qui le caractérisent, Thich Nhat

 Apaiser l'esprit face à la violence
Lire la suite

Enseignement de sr Dinh Nghiem pendant la Retraite d'ETé

22 Juillet 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

Enseignement de sr Dinh Nghiem pendant la Retraite d'ETé

Voici l'enseignement donné par sr Dinh Nghiem la semaine passée pendant la retraite d'été au Village des Pruniers:

pour les adultes : 'le pouvoir de la respiration'

pour les enfants : ' l'hermite'

Lire la suite

La Compassion est la seule réponse à la haine et à la violence

16 Juillet 2016 , Rédigé par Maison de l'Inspir

La Compassion est la seule réponse à la haine et à la violence

« Nous sommes conscients de l’immense souffrance en train de se passer en ce moment. Il y a la peur, la colère, la haine et la tristesse, en nous-mêmes et dans le monde. A cet instant tragique, nous invoquons tous nos maîtres spirituels pour qu’ils soient avec nous, et nous aider à embrasser notre souffrance, à embrasser le monde, et à embrasser l’humanité comme une famille. Il y a ceux d’entre nous qui essayent de sauver, de guérir et d’offrir leur soutien, et nous avons beaucoup de gratitude pour eux. Il y a ceux d’entre nous qui pleurent, qui souffrent terriblement en ce moment même. Respirons pour chacun d’entre eux et embrassons les tendrement avec notre compassion, notre compréhension et notre paix. Nous savons que la compassion est le seul chemin pour nous tous pour répondre à la haine et à la violence « .

– Thich Nhat Hanh, 13 Septembre2001

La Compassion est la seule réponse à la haine et à la violence
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>